December 16, 2018

Black Orchestra, et si vous pouviez changer le cours de l’histoire ?

Tous les joueurs le savent, ouvrir une boîte de jeu est toujours un moment particulier. Parfois, on y découvre simplement un jeu (aussi bon soit-il) mais parfois, on y découvre bien plus que ça. Avec Black Orchestra, Starling Games nous propose indéniablement un jeu issu de la seconde catégorie. Plongée suffocante dans les heures les plus sombres de notre histoire.

Berlin, 1936. Le nazisme poursuit son inexorable ascension et le bruit des bottes résonne déjà dans toute l’Europe. Le bellicisme sans retenue dont Adolf Hitler fait la démonstration quotidienne cristallise les tensions entre les Chefs d’Etat et porte le continent tout entier au bord du chaos. Pourtant, une poignée d’hommes déterminés pourraient changer le cours de l’histoire. Nous parlons d’assassiner Adolf Hitler, rien de moins. La tâche est ardue car l’homme est méfiant et très bien protégé mais les conspirateurs sont d’une détermination sans faille. Vous êtes l’un d’entre eux et vous êtes peut-être à la veille de faire basculer l’histoire…

Un jeu délicieusement ardu, parfois punitif (mais pas plus que ne l’étaient les SS)

Black Orchestra est une forme de jeu narratif. On y suit l’évolution du IIIème Reich, de sa terrible montée en puissance à son déclin en passant par ses tristes heures de gloire. Tout au long de la partie, les joueurs vont se déplacer au cœur du lebensraum nazi et y accomplir différentes actions comme récolter des objets (explosifs, faux documents, poison, etc.), tenter de faire libérer un compagnon ou encore conspirer en vue de faire baisser le soutien dont bénéficie le régime. Quelles que soient les actions entreprises par les joueurs, elles n’auront qu’un but unique : réussir à réunir les conditions nécessaires à la validation d’une carte complot et finalement tenter leur chance en faisant rouler les dés qui pourraient mettre fin à la dictature du Führer. S’ils n’y parviennent pas à temps ou s’ils se retrouvent tous en prison au même moment, la partie est tout simplement perdue.

Disons-le sans ambages, Black Orchestra est un jeu pétri de qualités. Premièrement, il est difficile. Réellement difficile. Au gré des événements, Hitler et les figures de proue de son régime (comme Goebbels, Himmler ou encore Goering) ne cesseront de se déplacer sur le plateau, contrecarrant ainsi régulièrement vos plans. Il faut dire que tenter d’assassiner le Führer n’est pas anodin et demandera de nombreux sacrifices. Il faudra s’assurer de conserver un niveau de motivation suffisamment élevé pour éviter de renoncer à la dernière seconde, pétrifié par l’enjeu et le risque encouru. Il faudra également passer sous les radars de la malheureusement bien informée Gestapo qui n’hésitera pas à multiplier les raids et à arrêter tous les conspirateurs en possession de documents frauduleux ou dont le niveau de suspicion est trop élevé. Faites-nous confiance, se retrouver dans les geôles nazies et subir les interrogatoires musclés de SS butés est tout sauf une partie de plaisir. Donc oui, le jeu est ardu (d’aucuns diront punitif) mais nous considérons ça plutôt comme un atout que comme un défaut. Le seul bémol à ce niveau de difficulté est la durée de la partie. Soyons honnêtes, à moins d’un providentiel (et inattendu) coup d’éclat, il sera difficile de s’en tenir aux 90 minutes annoncées par l’éditeur. Cela dit, ce n’est pas vraiment dommageable car les joueurs sont tellement plongés dans la partie que généralement, ce n’est qu’au moment où Hitler pousse son dernier soupir que l’on se rend compte du temps qu’on y a passé.

Revivre les heures les plus sombres de notre histoire

Respectant le thème de la seconde guerre mondiale, les équipes de Starling Games ont vraiment cherché à créer un univers à la fois sombre et oppressant. Ne ménageons pas le suspense, c’est pleinement réussi. Son incroyable puissance immersive constitue sans doute un des meilleurs atouts de Black Orchestra. Le jeu s’est attaché à coller au maximum à la réalité de l’époque et à respecter l’enchainement des événements. Au début du jeu, les conspirateurs n’auront ainsi pas accès à l’ensemble du plateau et les destinations possibles se débloqueront avec l’expansion progressive du Reich en Europe. A la fin du tour de chaque joueur, une carte événement sera tirée et fera avancer la ligne fictive du temps. Ces cartes permettront aux joueurs de revivre les événements marquants qui ont jalonné l’histoire du IIIème Reich. De l’invasion de la Pologne au soulèvement du ghetto de Varsovie en passant par la fuite de Rudolf Hess ou l’assassinant de Reinhard Heydrich, chaque événement aura des répercussions sur le déroulement de la partie et pourrait bien, une nouvelle fois, mettre à mal votre plan si soigneusement préparé. De plus, chaque comploteur présent dans le jeu a réellement existé. Vous pourrez par exemple choisir d’incarner le Colonel Von Stauffenberg (interprété par Tom Cruise dans le film Walkyrie) ou encore son supérieur le Général Friedrich Olbricht. Evidemment, tous les personnages présents furent de farouches opposants à Hitler et beaucoup d’entre eux payèrent cette désobéissance de leur vie.

Tous ces éléments pris ensemble confèrent un côté très réaliste au jeu et le rendent diablement immersif. Si on y ajoute les tons assez ternes et les visuels sombres qui garnissent le plateau, l’immersion est même presque parfaite. Il ne suffit plus que d’ajouter un fond sonore adéquat pour être réellement transporté dans le Berlin de 1936.

Edité par Starling Games, Black Orchestra n’est pour l’heure disponible qu’en anglais. C’est certes un peu dommage mais il n’y a rien d’insurmontable puisque de bonnes âmes ont d’ores et déjà traduit les règles en français. En outre, vu qu’il s’agit d’un jeu coopératif, tous les joueurs peuvent participer à la bonne compréhension des cartes et puis, comme on dit, c’est quand même plus facile qu’en allemand !

Black Orchestra, un jeu édité par Starling Games

Nombre de joueurs : 1 à 5

Âge : à partie de 14 ans

Durée moyenne d’une partie : 2h à 2h30

Black Orchestra

Des gouttes de sueur perlent sur votre front, votre rythme cardiaque s’accélère et votre main se met à trembler. Non, il ne faut pas que votre main tremble. Vous retenez votre souffle. Adolf Hitler est dans votre ligne de mire et il ne vous reste plus qu’à presser la détente pour changer le cours de l’histoire. Y parviendrez-vous ? Bienvenue dans Black Orchestra.
9
Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité