July 22, 2018

Daylight

Daylight est un survival horror sorti tout récemment sur PC. Dans ce thriller, vous incarnez une femme nommée Sarah qui ne dispose que de son smartphone duquel sort une voix masculine. Ce titre assez attendu va en décevoir plus d’un ! Bien que l’ambiance soit très réussie, l’apparition aléatoire des fantômes faisant vraiment stresser, la recherche est vraiment moins intéressante surtout quand la génération aléatoire fait que l’on trouve parfois trois documents dans une même pièce.

Un des indices du niveauArmé d’un smartphone, vous devez récupérer des documents relatifs au passé de la ville pour pouvoir récupérer un objet maudit. Ledit objet, sert à déverrouiller le sceau sur une porte qui bloque l’accès à la suite du jeu. Afin de vous aider dans la recherche des indices sur le passé, vous pourrez récupérer des bâtons lumineux, ces bâtons vous facilitent grandement les choses (surtout quand le stress est bien monté) car ils feront apparaître des artefacts sur les objets avec lesquels il est possible d’interagir. Vous disposez aussi de feux de Bengale qui feront fuir les ombres à proximité pour ne pas mourir (ou vous faire dessus). Bien sûr, ces objets ne sont pas disponibles en quantité illimité. Vous pouvez en porter 4 de chaque au maximum, enfin si vous avez la chance d’aller jusqu’à 4.

Artefacts présent sur les objets avec lesquels le joueur peut interagirPoint de vue scénario, le jeu a été suffisamment bien pensé pour nous faire réfléchir. A chaque indice, on se rapproche de plus en plus de la vérité. Qui suis-je ? Ou suis-je réellement ? Que s’est-il passé ici ? Les indices récupérés le long de l’aventure sont donc des images « facultatives », des notes de services et des lettres manuscrites. Mais au vu de la grande quantité d’indice (minimum 6 par niveau), on se doute très franchement de la fin au trois-quarts du jeu. On aurait préféré garder nos hypothèses en tête plus longtemps.

Une ombre venue mettre fin à ma vieAu niveau de l’ambiance, il n’y a absolument rien à redire, on est stressé tout le long du jeu, à l’affût du moindre signe qui nous informerait de l’approche d’une ombre. La bande son est vraiment bien, même l’absence de sons autre que les bruits de pas est stressante. On retrouve évidemment des « screamer » audio, qui sont la base de ce type de jeu. Niveau graphismes, ils n’ont rien d’exceptionnel. Je me serais attendu à beaucoup mieux au vu de la configuration minimale requise, et de la sortie simultanée sur PS4. Surtout qu’en étant estampillé Unreal Engine 4, on aurait pu s’attendre à plus de particules et d’effet.

Ce que l’on peut retenir du jeu, c’est qu’il est bien réalisé. La peur est bien présente! De plus, le jeu inclut une génération aléatoire des niveaux. Donc deux parties n’auront pas du tout le même aspect. Bien que le niveau graphique ne soit pas à la hauteur, on ne se focalise pas vraiment la dessus. Actuellement, on ne peux pas changer les touches, ce qui est vraiment dommage. On est obligé de jouer en QWERTY ou avec les touches directionnelles.

Il est disponible sur STEAM à 13.99€.

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité