September 25, 2018

Le Deuil Blanc, de Jean Biès

Le Deuil Blanc - Jean Biès - couvertureQuand un drame frappe une personne, outre la souffrance individuelle, celui-ci tend à engendrer de nombreuses victimes collatérales.

A travers cet ouvrage, l’écrivain et poète Jean Biès nous livre son parcours, poignant et solitaire, d’accompagnateur auprès de son épouse Rolande atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Deux choses m’ont vraiment touchée au fil des pages, l’amour inconditionnel que voue Jean Biès à Rolande, décrit pudiquement par des bribes de vie, et son profond désarroi, son cri déchirant qui n’a d’autre égal que cette affection ineffable.

Le Deuil Blanc n’est autre qu’un apprentissage de la méconnaissance de l’autre, la dégradation mentale insidieuse qui grignote jour après l’être aimé. Ainsi le deuil devient inéluctable.

Plusieurs histoires nous sont contées dans ce poignant témoignage, ces « feuilles de déroutes », tout d’abord celle d’une brillante femme Rolande, psychothérapeute jungienne, qui sombre petit à petit, rongée par la « maladie sans nom », de Jean un homme follement épris de celle qu’il nomme son « initiatrice », son âme sœur, son alter ego devant renoncer et abdiquer face à l’implacable réalité, enfin le drame qui désunit et défragmente un amour éthéré.

Ce livre nous plonge dans les tourmentes et l’enfer quotidiens des malades atteints d’Alzheimer. Jean Biès s’attache parfaitement à décrire la solitude environnante, la culpabilité face aux accusations assénées par la personne souffrante, les alternatives pour accepter et finalement accompagner vers le néant celle qui ne sera plus qu’un souvenir. Les descriptions sont très poétiques et métaphoriques. Cet aspect peut néanmoins être déroutant pour les lecteurs peu férus de longues phrases détaillées.

Le Deuil Blanc permet encore une fois de prouver que nous maîtrisons mal cette maladie et ces dommages latéraux et que seul l’amour résiste et subsiste.

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité