Au-delà des dernières terres, sur l’île des Bois Ventus, la plongée est une tradition ancestrale. Lors d’un rite initiatique célébré au solstice d’été, des plongeurs s’affrontent pour repêcher la pierre sacrée du village. Jetée hu haut de la falaise par le doyen, elle entraîne vers les profondeurs de l’océan les prétendants au titre de héros, aidés dans leur quêtes par les amicales tortues de mer et raies manta. Toutefois, pour ramener la pierre, il faudra éviter de déranger les requins qui peuplent l’océan.

Enfilez vos palmes et votre tuba, il est temps d’aller explorer les plofondeurs. Bienvenue dans Dive !

La plongée, tout un programme

Dynamique, rafraîchissant, original sont les trois mots qui définissent le mieux Dive. Un jeu qui sort de l’ordinaire, autour d’une plongée sous-marine dans laquelle il sera question d’observer 36 cartes océans transparentes empilées et programmer la descende des différents paliers afin de rechercher la fameuse pierre sacrée qui git au fond de l’océan. L’heure est donc à la plongée ludique !

Construit autour d’une mécanique d’observation mêlant 3D et 2D assez unique en son genre, Dive, sous ses apparences de jeu simpliste et sa direction artistique presque enfantine, cache un jeu stratégique avec une petite touche de mises. Au début de la partie, les 36 cartes océans sont mélangées plus empilées sur un support. Sur ces cartes océans se mêlent des illustrations diverses telles que des algues et autres espèces de la flore marine, des dauphins, des poissons ou une baleine gigantesque… mais également des tortues, raies et requins. Ce sont ces derniers qu’il faudra avoir à l’œil ! Une fois empilées les unes sur les autres, les cartes océans donnent donc à voir tout un biotope marin en profondeur avec les illustrations qui viennent se superposer.

L’objectif dans Dive sera de bien observer et programmer ses actions pour atteindre le score de 23 points sur la piste de descente. A chaque tour, et de manière simultanée, les joueurs vont devoir programmer leur plongée en plaçant secrètement leurs pions sur les cinq palliés de descente présents sur leur plateau personnel. Chaque pallié étant l’équivalent d’une tuile océan. A chaque tour, donc, il s’agira d’observer les cinq premières tuiles océans et ainsi de suite. Mais observer quoi ? Dans tout ce biotope, les seuls animaux marins qui ont un intérêt pour les joueurs sont les tortues et raies manta (qui permettent de marquer des points) et les requins (qu’il faut éviter). L’objectif est donc d’estimer sur quelle(s) tuile(s) se trouvent ces animaux en plaçant les pions sur les palliés de plongée du plateau personnel correspondants. Un jeton placé face normale indique que la plongée est sans risque à ce stade (comprendre qu’il n’y a pas de requin). A l’inverse, un jeton placé côté requin visible indique (vous l’aurez deviné) qu’un requin est présent sur la tuile.

Mais ce n’est pas tout, les joueurs ne sont pas obligés de programmer leur plongée sur les cinq niveaux. Les jetons étant numérotés de 1 à 5, ils permettent de faire des mises sur la (les) tuile(s) dont la présence de tortues et de raies est estimée par les joueurs. Une tortue seule permet de marquer un point, une paire vaut deux points, tandis qu’une raie manta donne l’opportunité de rejoindre directement le score du joueur en tête peu importe le nombre de points séparant les plongeurs. Mais pour marquer ces points, il faut avoir la majorité sur chaque tuile. A chaque joueur de miser sur les tuiles en plaçant un pion dont le chiffre est plus ou moins important. Pour ajouter encore plus de stratégie, il est possible d’empiler plusieurs pions pour augmenter la mise, en revanche, cela veut dire qu’il n’est pas possible de descendre jusqu’au niveau maximum de plongée lors de ce tour. Plusieurs questions se posent alors pour le joueur : est-ce que je tente de descendre jusqu’au 5ème pallié au risque de perdre la majorité sur certaines tuiles ? Est-ce que je place une forte mise sur cette tuile océan pour être certain de remporter des points, au risque de ne pas pouvoir plonger plus profondément ? Mais quelle valeur de pion choisir ? 2, 3, 4 ou 5 ? Ou 5 + 4 pour faire 9 ?

Après la programmation, place à la résolution. Les joueurs révèlent leurs pions et les tuiles sont alors retirées et vérifiées une par une. Si la tuile ne contient pas de requin, les joueurs doivent avoir placé un jeton non requin sur ce pallié, si elle en contient, il faut avoir placé un jeton face requin dessus. Le joueur qui se trompe doit immédiatement stopper sa plongée, les autres peuvent continuer. Aussi, lorsqu’une tuile révélée contient des tortues ou des raies manta, le joueur qui a la majorité remporte la mise et marque les points sur la piste de score. Enfin, à la fin du tour, les joueurs marquent un nombre de points équivalents au nombre de niveaux descendus. Le premier a atteindre le score de 23 remporte la partie.

Sous l’eau tous les chats poissons sont gris

Dans sa mécanique, Drive pourrait sembler simpliste, facile. Dans la pratique, il n’en est rien. Une fois que les tuiles sont empilées, bien malin celui qui pourra dire avec certitude à quel niveau se trouve les requins, tortues et raies manta. On se met alors à regarder les tuiles par dessus, puis on change d’angle encore et encore pour réussir à tout apercevoir. Il est très amusant d’ailleurs de voir les joueurs tourner tout autour des tuiles, de coller leur nez dessus ou au contraire de prendre de la distance. Les illustrations se superposent, les reflets viennent donner de faux indices et, pire encore, certaines tuiles comportent des trous… Cela peut faciliter la tâche ou la complexifié ! L’observation se révèle alors minutieuse, chaque détail à son importance, chaque superposition d’éléments peut être une indication sur leur niveau. En bref, ce n’est pas une mince affaire. Et si l’on y ajoute cette mécanique de mises, alors Dive devient beaucoup plus subtil qu’il ne le laissait paraître.

Pour aller plus loin, il existe également une variante avec des compagnons permettant aux joueurs de bénéficier de capacités utilisables une fois par partie. Par exemple, le poulpe permet de cacher une partie de l’océan, l’orque apporte une contrainte de temps, le poisson-lanterne de descendre jusqu’à un sixième niveau, etc. De quoi encore complexifier la plongée. A contrario, il est possible de simplifier le jeu pour les plus jeunes plongeurs en supprimant la mécanique de mises. A cela s’ajoute une variante solo bien fichue, idéale pour s’entraîner en attendant de réunir une bonne bande de potes plongeurs.

Dive apporte un vent de fraîcheur sur l’univers ludique grâce à une idée originale qui apporte de nouvelles sensations pour les joueurs. Si cette observation n’est pas facile, elle n’est jamais frustrante voire même assez zen. Ce côté apaisant étant apporté par les illustrations « enfantines » et une colorimétrie poussée dans le bleu. De la couverture de boîte jusqu’aux tuiles et plateaux, l’univers marin est très bien rendu et invite au dépaysement. Il ne manquerait plus que l’odeur des embruns et les cris des mouettes pour voyager totalement ! A cela s’ajoute un travail d’édition sublime, avec une mention spéciale pour le rangement des éléments dans la boîte bien pensé (ce qui est de plus en plus rare). Je ne sais pas vous mais nous, on retourne enfiler notre tuba pour piquer une tête dans Dive !

Dive, un jeu de Romain Caterdjian et Anthony Perone, illustré par Alexandre Bonvalot et édité par Sit Down !

Nombre de joueurs : 1 à 4

Âge : à partir de 8 ans (6 ans avec la variante simplifiée)

Durée moyenne d’une partie : moins de 30 minutes

Acheter Dive sur Philibert

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.