Pour la seconde fois, la talentueuse (mais intraitable) équipe de Space Cow nous envoie au lit ! Après Attrape Rêves, elle nous propose en effet un nouveau voyage au pays des songes. Cette fois, c’est au travers de DreamQuest : l’Epée des Rêveurs, un jeu coédité avec Elixeer. Mais le sommeil nous gagne, il est temps de penser à nous armer…

DreamQuest est un jeu particulier en ce sens qu’il tient plus du livre-jeu que du jeu tout court. Dans celui-ci, deux joueurs vont prendre part à une aventure coopérative. Le premier sera appelé le Protecteur et sera idéalement joué par un adulte (ou à tout le moins par un grand frère ou une grande sœur déjà un peu habitué·e aux jeux et à la lecture) tandis que le second, le Rêveur, sera quant à lui incarné par l’enfant.

Dans ce premier tome, Le Rêveur et son Protecteur vont être projetés au cœur du Royaume des Songes et plus exactement à Pantheryon, un lieu autrefois régi avec poigne et bienveillance par le Roi Ganelor. Mais désormais, le souverain qui se rendit célèbre en bannissant le Seigneur Cauchemar est un vieux lynx fatigué et son royaume est de nouveau sous la menace des viles créatures de la nuit. Pour restaurer la paix et la sérénité à Pantheryon, le gardien du Passage vous confie une première mission : débusquer l’Epouvanpaille qui terrorise la région et le renvoyer dans le puits des Mauvais-Songes dont il est issu…

Et je suis le gardien du sommeil de ses nuits, je le protège à mourir…

DreamQuest se présente donc sous la forme d’un livre-jeu coopératif en deux parties fonctionnant à peu près comme les incontournables « livres dont vous êtes le héros ». Tout au long de leur quête, le Rêveur et son Protecteur feront d’inattendues rencontres, seront amenés à opérer des choix et, bien sûr, seront confrontés à toutes sortes d’épreuves et de défis. Selon les décisions qu’ils prendront, ils voyageront de mini-chapitres en mini-chapitres pour au final accomplir leur destinée (ou pas car si le Rêveur perd tous ses pions Cauchemar, il est tiré du sommeil avant d’avoir pu vaincre le Seigneur Cauchemar…).

Comme on pouvait s’y attendre, DreamQuest fonctionne très bien. Sous le haut-patronage de son Protecteur, le Rêveur vit une véritable aventure trépidante. Celle-ci se déroule d’ailleurs à flux tendu car les deux aventuriers sautent littéralement d’un combat à une décision puis à une épreuve sans même avoir le temps de reprendre leur souffle. D’aucuns diront que le jeu aurait gagné en immersion s’il avait été plus narratif mais ce petit manque de mise en ambiance textuelle ne gâche finalement rien (ou si peu) au plaisir de l’aventure.

D’ailleurs, et c’est une des grandes forces de DeamQuest, le jeu dépasse le cadre du simple jeu familial. La mécanique basée sur un duo d’aventuriers renforce la cohésion et la complicité entre l’adulte et l’enfant qui se prêteront au jeu. Il n’est pas tout à fait un jeu que l’on étale sur une table pour un moment ludique ni tout à fait une simple histoire que l’on se raconte avant l’heure du dodo. Il est quelque part entre les deux et il est en tout cas un formidable moment de partage.

Plus qu’un jeu, un livre-jeu et plus qu’un livre-jeu, un livre ET un jeu !

DreamQuest est donc un livre-jeu mais le partenariat scellé entre Space Cow et Elixeer lui permet aussi de se prolonger en livre à proprement parler. Expliquons-nous… Au cours de leur quête, les deux aventuriers croiseront certains chapitres dont le numéro est inscrit en rouge. En les notant, les joueurs pourront, une fois leur quête accomplie, commander un livre personnalisé qui retracera leur aventure (en reprenant donc les choix opérés, les monstres combattus, etc.). Pour cela, il suffira de se rendre sur le site web d’Elixeer et d’encoder les différents chapitres rouges découverts pour pouvoir, sous forme de livre cette fois, revivre l’aventure de l’Epée des Rêveurs.

Bref, avec des monstres à terrasser, des épreuves à réussir et un Royaume des Songes à sauver, DreamQuest aurait pu tomber dans le livre-jeu relativement classique. Pourtant, il n’en est rien. Le concept d’aventure partagée entre l’adulte et l’enfant associé à la possibilité de commander un livre personnalisé à l’issue du jeu (sans oublier les très belles illustrations signées Yann Thomas) lui permettent de tirer subtilement son épingle du jeu.

Amis aventuriers, il ne vous reste donc plus qu’à lire, jouer, rêver (ou tout ça à la fois)…

DreamQuest, un jeu de Fabien Vincourt, scénarisé par Nicolas Jarry, illustré par Yann Thomas et édité par Space Cow et Elixeer.

Nombre de joueurs : 2

Âge : dès 6 ans pour le Rêveur et dès 10 ans pour le Protecteur

Durée moyenne d’une partie : 2 x 30 minutes

Acheter DreamQuest sur Mille et Un Jeux

Acheter DreamQuest sur Philibert

Crédit Photos : BoardGameShot

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.