May 26, 2018

Godzilla

Godzilla est de retour sur nos écrans de cinéma et au vu de sa bande-annonce plus qu’alléchante, il risque d’en attirer plus d’un. Hélas, mille fois hélas, son rendu n’est rien d’autre qu’une soupe de bas étage…

Godzilla contient tout ce qui tient au foutage de gueule, et ce du début à la fin. Comment est-il possible de pondre un film aussi pauvre scénaristiquement, aussi grossier dans les rapports entre personnage et aussi peu généreux envers le spectateur ? Ne vous leurrez pas, Godzilla contient très peu d’action. Du moins, très peu d’action constante pour tenir le spectateur en haleine. Mis à part son final, on attend désespérément que le film commence. Godzilla n’est qu’une succession de séquence où l’on se demande quand est-ce qu’on va enfin rentrer dans le vif du sujet et voir de la casse, de la castagne, de la scène épique… Autrement dit, quand est-ce qu’on va en prendre plein les yeux? En parlant d’œil, ne vous laissez pas tenter par les lunettes 3D, ne serait-ce par curiosité, vous ferez de précieuses économies.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=f3fAD-vztdQ]

Dans le même esprit Godzilla pourrait faire penser au Pacific Rim de Guillermo Del Toro, sorti l’été dernier. Une histoire amenant à des combats entre géants de la nature, une fin du monde programmée, l’armée qui use de toute ses forces, et des personnages qui se retrouvent au milieu de tout ça. Si Pacific Rim contenait une histoire ultra-simpliste (mais fluide), il offrait surtout au spectateur un spectacle d’une grande générosité avec une qualité de mise en scène digne de ce nom et des couleurs époustouflantes qui donnaient une atmosphère unique au film. Godzilla a quant à lui péché dans ce domaine. On ne croit pas une seule seconde à cette ambiance pâlichonne et caricaturale. Que le réalisateur choisissent le parti-pris laissez planer le mystère sur Godzilla et sa tête de tortue ninja, pourquoi pas, cela pourrait amener une forme de tension qui colle bien au film de monstre. En revanche, il faut nécessairement un univers solide pour construire son récit. Ce que ne contient surtout pas Godzilla.

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité