July 21, 2018

Heli

4 ans après son prix de la mise en scène à Cannes pour son film choc Los Bastardos, le mexicain Amat Escalante est de retour avec Heli, une oeuvre qui au final, en touche une sans toucher l’autre.

Une famille dans la précarité, Estela, une fille de 12 ans aveuglée par l’amour qu’elle porte pour un jeune policier et quelques paquets de cocaïne. Sans oublier un engrenage qui va petit à petit plonger les personnages dans un univers d’ultra-violence: celui des cartels !

C’est durant une première partie que le réalisateur nous plonge lentement mais sûrement dans cette engrenage en installant progressivement ses personnages principaux: Estela, son frêre Heli et Beto, le jeune policier. Après une scène d’introduction assez froide, laissant présager une tournure tragique, Amat Escalante prône le réalisme en s’intéressant avant tout à ses personnages, leur psychologie et leur vie quotidienne. Si l’ensemble produit une sensation de lenteur, il en reste que le spectateur reste captivé par la narration, ne sachant pas où cela va l’emmener.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=EPTmpiaCA2E]

Le film faiblit dans sa seconde partie. Suite à une scène d’une violence extrême qui fera éprouver de profondes douleurs à plus d’un, Heli prend une tournure certes plus sociétale mais peine dans l’aspect dramatique. Le problème principal réside du manque de consistance à l’intérieur de la narration. Comme si l’auteur, en s’attachant à de réels problèmes au sein de la société mexicaine, a perdu peu à peu de l’impact dans ses propos. Même s’il faut souligner un véritable travail sur la psychologie des personnages, Heli s’essouffle au point d’atteindre l’ennui. Ainsi, cette deuxième partie aurait dû accorder moins de temps pour son propos ou alors plus de matière pour éviter de tourner en rond.

Au final, Heli n’est pas un film choc comme on a pu nous le faire comprendre (notamment dans sa bande-annonce). Los Bastardos l’était dans son propos, son atmosphère de plus en plus oppressante, un final glaçant et il exposait une réalité que l’on ne veut entendre. Ici, mis à part la caractérisation des personnages, nous sommes au courant que le Mexique souffre de précarité, nous sommes au courant que les cartels mexicains existent et n’usent pas de méthodes tendres et nous sommes au courant que sa Justice est défaillante.

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité