May 23, 2018

Interview d’Antonia Medeiros, auteure de la saga familiale Les Crèvecoeur

Elle a parcouru le monde, elle s’en est inspirée. Mystérieuse et talentueuse, Antonia Medeiros est l’auteure de la saga familiale « Crèvecoeur ».

Nous avons contacté Antonia qui, très gentiment, a bien voulu répondre à quelques questions.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?ANTONIA MEDEIROS©MANON BOYER PHOTO

Je suis une romancière qui aime les histoires avec un grand H et les personnages à la fois fragiles et exceptionnels (et un peu tordus aussi, si possible). Mon premier roman a été publié aux éditions La Bourdonnaye et s’est transformé en une saga familiale, celle des Crèvecoeur. J’ai eu beaucoup de chance de voir mon rêve de lectrice invétérée se réaliser : c’est maintenant à mon tour d’emmener les lecteurs dans des voyages imaginaires.

Parlez-nous de cette saga familiale.

La saga unnameddes Crèvecoeur suit le parcours du mystérieux Germain Crèvecoeur, un génie de la chaussure féminine adulé par les femmes de son époque, mais aussi un homme terriblement solitaire qui tente d’échapper à la malédiction de son nom et aux secrets troubles de sa famille. À travers les lettres qu’il écrit à ce fils qu’il ne connaît pas, Germain va nous raconter l’histoire de sa vie, son enfance terrible, prisonnier entre un père fétichiste et une mère à l’amour débordant, et la naissance de sa passion pour la chaussure féminine, une passion qui scellera un destin exceptionnel. Cette saga mêle secrets de famille, amours impossibles, passion créatrice et surtout une quête du bonheur qui n’est pas toujours simple lorsque l’héritage familial est lourd.

Comment en êtes-vous venue à l’écriture ?

J’ai longtemps écrit pour les autres, notamment lorsque j’étais journaliste, et, avec le temps, j’ai ressenti beaucoup de frustration. Ce qui m’intéressait, c’était justement toutes ces histoires et ces rencontres dont l’article ne parlait pas, si bien que je n’avais plus de plaisir dans ce genre d’écriture-là. Pour me distraire, j’ai imaginé le personnage de Germain qui s’est alors transformé une véritable histoire de famille. Lorsque j’ai eu l’opportunité de rester à la maison après être devenue mère, j’ai saisi ma chance. C’était maintenant ou jamais ! J’ai ressenti un tel bonheur dans l’écriture romanesque, qu’il m’est devenu impossible de revenir en arrière. J’ai eu la chance d’être publié et aujourd’hui je suis fière de dire que c’est mon métier.

Quelles ont été vos sources d’inspiration pour écrire cet ouvrage ?

D’abord, la ville de Bayeux et mes nombreuses visites dans cette maison labyrinthique et étrange dans laquelle se déroule l’histoire. Ce lieu m’a longtemps hanté et c’était le cadre idéal pour cette famille très particulière. Et puis évidemment, il y a l’univers des chaussures féminines dans lequel je me suis plongé. Je voulais construire ce livre autour d’un objet qui soit le reflet de la condition féminine de l’époque, qui soit aussi une source de rêve aussi bien que de douleur, et qui soit le support d’une forme de création. La chaussure est cet objet fascinant et libérateur : il suffit de l’enfiler pour devenir quelqu’un d’autre.

Que vous a apporté l’écriture de cet ouvrage ?

Une joie immense, un bonheur sans fin et cette sensation formidable de s’être trouvé. L’écriture est un espace de liberté incroyable dans lequel vous pouvez faire ce qu’il vous plaît, sans aucune règle si ce n’est la logique de l’histoire. Vous pouvez tuer qui vous voulez, aimer qui vous voulez, mourir puis ressusciter le lendemain. Je m’amuse beaucoup, comme vous pouvez le constater …

À quels types de lecteurs s’adresse votre ouvrage ?

Je dirai que cette saga s’adresse à ceux et celles qui aiment les histoires et les personnages auxquels on prend le temps de s’attacher. Il y a aussi dans ce livre des univers très différents qui se côtoient : on parle d’amour, de mode, de guerre, d’héritage familial, de secrets et le tout sur une toile de fond historique, ce qui permet au livre de toucher un public très large.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Continuer à écrire (je travaille sur la construction d’un nouveau roman) et avoir le plaisir de partager les Crèvecoeur avec le plus de lecteurs possible.

Comment peut-on vous joindre ?

Vous pouvez entrer en contact avec moi et voir toute mon actualité sur mon site internet, ma page Facebook ou encore Google Plus et Pinterest.

Un dernier mot pour vos lecteurs ?

N’hésitez pas à plonger dans ce roman et à le partager autour de vous: c’est le plus cadeau que vous puissiez faire à un auteur.

Merci à Conso-mag, Marilyn et son blog Des Livres au Féminin sur lequel vous pourrez suivre mon actualité.

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité