November 18, 2018

Call of Duty : Ghosts – Xbox One

Retour à mes premiers amours aujourd’hui avec le test de Call of Duty : Ghosts sur Xbox One, que je me suis acheté la semaine dernière. Je voulais en effet un FPS sympa pour jouer seul ou avec quelques potes, et Battlefield 4 ne m’a pas emballé plus que ça au final. C’est donc vers le jeu d’Infinity Ward que je me suis tourné histoire de prendre mon pied et après une petite semaine de jeu à fond, je peux maintenant vous donner un petit avis sympathique.

"Euh capitaine, j'suis bourré ou bien c'est un chien dans notre jeep ?"

« Euh capitaine, j’suis bourré ou bien c’est un chien dans notre jeep ? »

Avant de me lancer dans les joies du multijoueur, je me suis mis sur la Campagne solo. Une partie en mode Seconde Classe avant de refaire éventuellement le jeu complet en Vétéran pour essayer de choper quelques succès supplémentaires et pourquoi pas tenter les 1000G ? Le jeu nous plonge dans un futur plus ou moins proche (on n’est pas dans du futuriste type Halo pour autant, on se rassure) à une époque où une guerre oppose les USA à la Fédération, une milice armée bien décidée à foutre à feu et à sang l’ennemi américain. Manque de pot, la mission initiale s’ouvre sur une mission dans une base spatiale US, au moment où elle se fait prendre par la Fédération. Manque de bol bis, cette station spatiale, l’Odin, est en fait une méga arme de destruction massive et fait pas mal de dégâts dans les rangs américains par après. Bref, tout ça pour dire qu’on se retrouve impliqué dans ce conflit du côté des perdants du moment, et qu’avec l’aide des Ghosts, une petite équipe de choc, on va tâcher de renverser la situation. Scénaristiquement, le truc est plutôt bien fichu et nous fait voir du pays, ça fait vraiment plaisir. Chaque mission se fait assez rapidement, comme toujours dans Call of Duty, qui propose un truc très hollywoodien comme d’habitude. La scène d’ouverture donne directement le ton et on a vraiment l’impression de vivre un gros blockbuster. Personnellement c’est ce que je recherche dans un jeu du genre : des moments d’anthologie plutôt qu’un réalisme saisissant, et c’est pour cela que Battlefield n’arrive pas vraiment à me passionner.

Une mission se déroule intégralement sous l'eau. Et c'est chouette, ouaip.

Une mission se déroule intégralement sous l’eau. Et c’est chouette, ouaip.

Fondamentalement, le jeu ne change pas des anciens épisodes. On progresse tranquillement, on avance de checkpoint en checkpoint. On alterne missions ultra bourrins et autres d’infiltration (toujours aussi plaisantes à mon goût), histoire de briser la monotonie qui pourrait s’installer, et ce même si la campagne solo ne durera pas plus d’une poignée d’heures. On accuille aussi Riley, le chien de l’un des héros, qui est au centre de quelques missions sympatoches sans être vraiment grandioses. Heureusement, ce n’est pas autant mis en avant qu’on aurait pu le craindre avant la sortie du jeu. Techniquement, le jeu est en revanche clairement décevant. Non pas que le titre soit moche, mais on est très loin d’avoir franchi un cap sur nouvelle génération. Le moteur utilisé est le même, légèrement boosté, mais on pourrait clairement voir grosso modo pareil sur PS3 ou Xbox 360. J’espère qu’un vrai épisode next-gen verra le jour l’an prochain, il est vraiment temps maintenant ! J’ai quand même beaucoup aimé quelques petits changements opérés dans la campagne, et notamment les missions aquatiques ou dans dans l’espace, disséminées à droite à gauche pour apporter un peu de nouveauté !

"Houston ? Il risque d'y avoir un peu de friture sur la ligne !"

« Houston ? Il risque d’y avoir un peu de friture sur la ligne ! »

Du côté du multijoueur, pas d’énormes changements à noter non plus. Les nouvelles cartes sont toutes sympathiques et dans des styles différents. Grosso modo, j’ai eu l’impression que c’était assez équilibré mais il faudra attendre un peu et voir à l’usage si c’est effectivement le cas. Un nouveau mode Escouade apparaît également et permet de jouer en ligne contre une autre escouade. En fait, il s’agit d’un 1 vs 1, où chaque joueur est accompagné de bots qu’il peut personnaliser (sniper, assaut, etc.) et faire progresser via le mode multi. Si l’idée semble sympa à la base, j’avoue que je n’ai pas trop compris l’utilité du truc à l’usage, si ce n’est servir de gros mode entraînement. Enfin, on ajoute à tout ça le mode Extinction qui vient remplacer le mode Zombie. Adieu les morts-vivants et bonjour les aliens ! Toujours plus ou moins un système de vagues à surmonter seul ou jusqu’à 4 joueurs. Beaucoup ont trouvé ça addictif mais je n’ai pas trop accroché personnellement, surtout avec une seule map à se mettre sous la dent pour le moment !

En bref, Call of Duty : Ghosts est un jeu vraiment sympathique mais qui ne change rien par rapport à ses aînés. On retrouve toujours une campagne solo courte mais intense, un multijoueur ultra riche et un mode annexe Extinction, qui remplace le mode Zombies. Techniquement le jeu n’a pas beaucoup évolué et il faudra faire clairement mieux pour le prochain, mais le punch et la fluidité des affrontements reste tellement bons qu’on pardonne encore une fois. Oui, j’aime COD, je suis un Kévin et j’assume, voilà !

Article paru initialement Chez Jo : blog jeux vidéo, cinéma, high-tech

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité