May 22, 2018

NBA 2K13

Alors que la NBA reprendra ses droits ce soir, nous vous proposons le test du nouvel opus de la célèbre série de jeux de sport NBA 2K.

« Difficile de conserver sa place lorsqu’on est au sommet. » C’est ce que l’on  pourrait dire, en règle générale. Mais cette maxime ne s’applique pas dans le cas de NBA 2K, la saga de 2K Sports. Non, quand on s’appelle NBA 2K, on écrase tout sur son passage, on s’installe confortablement dans son trône et on n’en bouge plus, sans être inquiété. Car plus aucun concurrent n’ose désormais venir titiller le géant, EA Sports ayant cessé de produire des jeux de basketball face aux échecs successifs de ses titres par le passé. Alors après un NBA 2K12 grandiose, nous étions en droit de nous attendre à du très lourd pour ce 2K13.

A vrai dire, on n’a pas grand-chose à reprocher à NBA 2K13 après avoir passé plusieurs heures dessus. Les développeurs ont quelque peu peaufiné le gameplay, adoptant quelques petits changements résolument orientés vers l’attaque. Désormais, le stick analogique droit est réservé aux dribbles et feintes, que l’on sort en effectuant des quarts de cercles et autres changements intempestifs de direction. Le shoot, auparavant affecté à ce même stick, se lance désormais en maintenant le gâchette gauche au moment du tir. En facilitant l’accès au feintes, 2K a voulu orienter le jeu vers du 1 contre 1 comme on aime en voir à la télévision, bien calés dans son canapé pour mater Canal NBA. On en ressort avec des sensations assez intéressantes, mais certainement exagérées par rapport à la réalité. Voir son vis-à-vis tomber au sol dix fois dans le même match, emporté par des feintes ravageuses, est quelque chose d’assez rare. Malgré tout, on prend notre pied et les matchs n’en deviennent que plus grandioses.

Niveau mode de jeux, on retrouve les grands classiques, même si on note un peu de nouveauté. Le mode Carrière a été quelque peu repensé, ajoutant pas mal « d’extra-sportif ». Conversations avec le coach, le general manager, j’en passe et des meilleurs. Tout pour améliorer l’immersion du joueur, en somme. Un mode Mon Equipe est également de la partie, permettant à tous les férus de la discipline de créer l’équipe de leurs rêves à base de figurines, à la manière d’Ultimate Team sur FIFA par exemple. Quelques petits à-côtés sont présents, comme un mode Playground transposant les stars des parquets sur le bitume. On regrette toutefois que les efforts passés n’aient pas été repris dans ce nouvel épisode. Après des modes d’anthologie consacrés aux légendes de la NBA, 2K Games ne nous propose cette fois que de pouvoir contrôler de nombreuses équipes de stars, sans mode ou réalisation particulière. Pas de grain ou d’effet « vieux film » pour les rencontres donc. Même la ligne des trois points est présente. Dommage…

Techniquement en revanche, le soft est toujours aussi magnifique. Les animations sont une fois de plus spectaculaires, que ce soit sur le terrain ou en dehors. Les gymnases sont plein de vie, des bancs de touche aux spectateurs en passant par les mascottes et arbitres. Du grand, très grand art. La partie sonore n’a rien à envier à l’aspect visuel, puisque Jay-Z, producteur sur le jeu, a fait appel à quelques connaissances pour venir orner le tout : Rihanna, U2, Kanye West ou encore Coldplay n’hésitent donc pas à venir pousser la chansonnette. Du beau boulot.

Sans forcer son talent, NBA 2K13 s’impose donc comme la référence du basket sur consoles et PC. On espère toutefois que la série saura faire un bond en avant l’an prochain et ne pas trop stagner.

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité