May 22, 2018

NBA 2K14

LeBron James

Le jeu aurait pu s’appeler LeBron 2K14.

Niveau sport dans le jeu vidéo, il y a plusieurs cas. Pour le foot, on peut toujours hésiter et craquer pour FIFA ou PES, au choix. Pour les amateurs de ballon orange, il en est autrement depuis plusieurs années maintenant, puisque NBA 2K14 sera, comme ses aînés, le seul représentant du basket sur consoles. En effet, depuis qu’EA a rendu les armes avec son NBA Live, le titre de 2K Sports est seul à bord et règne donc sans partage. Pour autant, les développeurs mettent les petits plats dans les grands et nous sortent à chaque fois un véritable bijou, même si NBA 2K13 m’avait légèrement déçu par son manque d’innovations.

Cette année, exit Jay-Z et sa bande-son spectaculaire mise en avant, on retourne aux fondamentaux en misant tout sur celui considéré par beaucoup comme le meilleur joueur actuel – et peut-être de l’histoire ? – le bien nommé LeBron James, joueur du Miami Heat.

Techniquement, le jeu stagne mais reste toujours au top.

Techniquement, le jeu stagne mais reste toujours au top.

Un mode est carrément dédié au meilleur joueur du jeu (une note de 99, comme Jordan), intitulé Un Pied dans l’Histoire et propose de vivre la carrière du chosen one de deux manières différentes : en jurant fidélité au Heat, ou en optant pour un départ prématuré. On scénarise un peu le tout, et le tour est joué. Le mode est vraiment sympa, même si j’ai trouvé assez naze l’impact quasi nul d’une victoire ou d’une défaite sur chaque match. Malgré tout, je trouve que c’est le mode idéal pour se lancer dans le jeu.

Du côté des nouveautés, les fans de basket seront ravis de retrouver quelques équipes issues de l’Euroleague (14 au total), comme Barcelone ou le CSKA Moscou, pour ne citer qu’eux. On retrouve les salles qui leur sont dédiées, ainsi que les quelques règles qui diffèrent. Par contre, aucun mode spécial ne leur est dédié… Les équipes ne sont par ailleurs pas liées non plus aux modes Carrière ou Association, et c’est bien dommage car ça aurait vraiment pu être sympa de recruter sur le Vieux Continent. Côté mauvaise nouvelle, la Team USA n’est plus de la partie – fin de licence, a priori.

14 équipes d'Euroleague sont de la partie.

14 équipes d’Euroleague sont de la partie.

Niveau gameplay, le tout évolue encore un peu, avec des dribbles qui se gèrent par de petites pressions sur le stick, tandis qu’un appui prolongé déclenche le shoot. Ouais, t’as effectivement pas fini de t’énerver parce que tu ne fais pas ce que tu veux, au moins au début. Pour le reste, je trouve que c’est grosso modo des petites modif’ histoire de dire qu’ils en ont fait, rien de bien fondamental. Techniquement, le jeu stagne un peu, mais c’est très difficile de faire mieux que sur les épisodes précédents. Il faut se contenter de plein de toutes petites animations histoire de rendre le jeu plus fluide, plus réel, et le rendu reste absolument magnifique. J’ai hâte du passage à la nouvelle génération pour voir de quoi les développeurs sont capables ! Les commentaires sont toujours aussi grandioses, et il n’y a que le online, tout pourrave, qui vient gâcher la partie technique. Rien de bien grave, l’IA est bien assez cool pour pouvoir se passer de mode en ligne !

Allez, je finis en vous balaçant un trailer énorme du jeu, parce que je vous aime bien.

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité