May 23, 2018

Ratchet & Clank : Nexus

Je sais, on en a déjà parlé, je suis un peu en retard ces derniers jours et cela fait un moment maintenant que je vous ai dit avoir reçu Ratchet & Clank : Nexus sur PlayStation 3. J’ai donc profité de quelques petits moments de calme entre deux tranches de foie gras pour m’essayer au nouveau bébé d’Insomniac Games qui vient boucler l’aventure du petit félin et de son pote le mini-robot. Nexus sert ainsi d’épilogue à une série que je ne connais pas du tout, puisqu’il s’agit du premier épisode auquel je m’essaye personnellement. Jusqu’alors, j’ai toujours trouvé le duo assez fade et pas assez « charismatique », moi qui suis amoureux de Mario, Donkey Kong, Daxter ou encore Crash Bandicoot. De véritables icônes de la plateforme, quoi. Certes, Ratchet & Clank n’est pas une série de plates-formes pure, l’action tenant également une grande place, mais tout de même.

Nexus marque d’ailleurs le retour à ce côté action/plates-formes, après des opus qui ont lorgné du côté du multijoueur et du tower defense. Des jeux qui, d’après les critiques (encore une fois je n’y ai pas joué, donc je ne peux que me baser sur les avis de mes charmants confrères), étaient assez bons mais ont tout de même déçu. Ratchet est cette fois-ci chargé d’escorter la prisonnière Vartrax, qui s’est échappée d’un centre de détention. Manque de bol, pendant le transfert c’est le drame et voilà que la « belle » se fait la malle. Ratchet et Clank font donc se mettre en route pour lui remettre la main dessus, et sillonner ainsi pas moins de cinq planètes durant l’aventure.

Malheureusement, alors qu’on aurait pu s’attendre à des phases en vaisseau sympa pour aller d’une planète à l’autre, avec son lot d’exploration et de petites planètes à découvrir en chemin (aaaah, Assassin’s Creed IV est encore dans un coin de ma tête, clairement) il n’en est rien et il faut se contenter de déplacer son vaisseau d’une destination à l’autre. Dommage. Une fois sur place, on retrouve du très classique avec une quête principale à suivre et des missions annexes qui nous donnent un peu plus l’occasion de visiter les lieux, avec objets à récupérer et autres choses du genre. On retrouve également quelques missions pour Clank, basées sur la physique du personnage, mais rien de foufou.

Le principal du jeu restent les phases d’action avec Ratchet, avec leur lot de nouvelles armes qui évoluent au fur et à mesure que l’on s’en sert. En cette période magique de Noël, on accordera un énorme point bonus au flingue qui transforme l’ennemi en bonhomme de neige sur fond d’air de Noël ! Pour le reste, on est sur du classique du genre, mais j’avoue ne pas avoir franchement adoré. Pas que ce soit mauvais, loin de là, mais je n’accroche pas. Il faut dire que la partie technique n’est pas au top, surtout maintenant que je commence déjà à m’habituer à la nouvelle génération avec les jeux Xbox One. Là, on retrouve un moteur PS3 boosté depuis 2007 qui commence à accuser le poids des années, indéniablement. Et j’avoue que je ne fais pas forcément partie de ceux qui ne sont fascinés que par la beauté intérieure. J’aime quand ma copine met une belle robe, c’est pareil pour mes jeux vidéo.

Allez, les six ou sept heures passées sur le jeu pour le finir (ouais, c’est tout, mais un New Game + avec des armes à améliorer encore plus est de la partie) auront été plutôt sympathiques tout de même. Et il faut dire qu’à 30 euros seulement, c’est plus simple d’acheter. Allez, file donc dépenser les quelques biftons que le Père Noël a calé dans l’enveloppe sous le sapin va.

Article paru initialement sur ChezJo.net : blog jeux vidéo, cinéma, high-tech

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité