November 18, 2018

Kill List, de Frederick Forsyth

Vous l’attendiez avec impatience mon come-back, pas vrai ? Plus la peine de trépigner, je me suis fait assez désiré, me voici de retour (pour vous jouer un mauvais tour). Et, bien évidemment, rien de mieux qu’un livre pour marquer le coup !

La Kill Liskillt est, comme son nom l’indique une liste. Secret d’état le mieux gardé des Etats-Unis, elles comportent les principales cibles à a
battre. Depuis peu, l’ennemi numéro un n’est autre que le Prédicateur, un fanatique qui prêche sur Internet et pousse à des meurtres de personnalités emblématiques de l’Occident. On demande alors au Traqueur, un des agents antiterroristes les plus efficaces, d’éliminer le Prédicateur. Un problème se pose alors : comment peut-on attraper de la fumée ?

Je ne sais pas vous, mais pour moi, ce petit résumé était aussi alléchant qu’une assiette de pâtes carbonara (mon plat préféré, mais on s’en fout). Et, pourtant, j’ai été déçu par le contenu. Comme quoi, il ne faut pas toujours se fier aux apparences.

Tout d’abord, le style de l’auteur ne m’a pas fait accrocher à l’histoire. Je ne peux pas vous dire pourquoi, il y a des choses qui ne s’expliquent pas. Ensuite, j’ai trouvé le Traqueur un peu dans le cliché (le super-héros, qui a connu un malheur à cause du Prédicateur et en fait une affaire personnelle). C’est du vu, revu, mâché, recraché et totalement régurgité.

Au niveau de l’histoire, ce qui frappe, c’est le réalisme qui est poussé à son paroxysme. On ne peut pas enlever à Frederick Forsyth qu’il connaît son sujet. On sent derrière son livre tout le travail en amont qui a dû être effectué, notamment au niveau des recherches. Et si c’est une grande qualité, je trouve que ça s’est un peu retourné contre le livre. Certains aspects réalistes étaient justement bien trop pointus et précis. De plus, ça laisse peu de place pour notre imagination, ce que je trouve dommage.

Pour terminer, je dirais que la fin est assez prévisible. Dans ce livre de 400 pages, quasi toute l’action se concentre sur la fin, ce qui rend les choses malgré tout un peu plus vivantes.

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité