December 12, 2018

La Petite Mort, le jeu

Nous, chez Conso-Mag, l’humour, on l’aime comme le café, c’est-à-dire noir. Aussi noir que l’âme du monde. Alors évidemment, quand nous avons appris que les bûcherons ludiques de Lumberjacks Studio allaient adapter la BD « La Petite Mort » de Davy Mourier, nous étions un peu à la fête. Le jeu est disponible depuis vendredi et nous avons donc passé le week-end à faucher des brouettes d’âmes. Compte-rendu de notre apprentissage mortel.

Nous le disions, « La Petite Mort » est à l’origine une bande-dessinée (et même une série de bandes-dessinées) tout droit issue de l’esprit malade créatif de Davy Mourier. On y découvre que la Mort a une famille (presque) normale et on y rencontre son fils, destiné à reprendre l’entreprise familiale. Déjà adaptée en dessin-animé, « La Petite Mort » débarque désormais en jeu de société et nous lui prédisons un succès tout aussi effrayant !

(Tré)passe-moi la Faux, j’ai encore du travail

C’est désormais officiel, après une carrière auréolée de succès, la Mort a décidé de prendre sa retraite. Cela dit, pas nécessaire d’organiser des bals musette de réjouissance dans toutes les maisons de retraite, le poste ne restera pas inoccupé très longtemps. Et pour cause, plusieurs « Petite Mort » se portent candidates pour la remplacer. Vous faites partie de celles-là et vous escomptez bien devenir enfin « La Grande Faucheuse », le rêve de toute une vie mort !

Dans « La Petite Mort », chaque joueur va disposer de trois personnages devant lui et va leur adjoindre, au gré des événements de la vie, des métiers ou des caractéristiques sous forme de cartes. Chacun de ces personnages aura des faiblesses, innées ou acquises, qui représenteront autant de risques de se voir fauché dans la fleur de l’âge. Problème cardiaque, maladie pulmonaire, AVC et même propension au Darwin Award (comprenez à mourir d’une mort absolument stupide), rien ne leur sera épargné. Gageons que vous surveillerez avec attention ces petites fragilités chez vos adversaires car viendra l’inéluctable moment de la Fauche lors de laquelle chaque joueur pourra, grâce à l’une ou l’autre carte Fauche, faire partir les pieds devant le personnage d’un concurrent. De votre côté, en plus de chercher à moissonner le cheptel de vos adversaires, il vous faudra tenter de garder en vie vos propres ouailles et de les emmener vous-même jusqu’à leur lit de mort, au terme d’une vie aussi longue que bien remplie. Petit à petit, les décès s’amoncellent et les cimetières personnels des petites morts que vous êtes se remplissent. Le jeu prendra fin lorsque l’un des joueurs sera parvenu à remplir suffisamment d’objectifs et aura donc obtenu son diplôme de Faucheuse (et avec mention s’il vous plaît !).

Disons-le sans ambages, « La Petite Mort » est un jeu terriblement fun. On y retrouve avec un plaisir non dissimulé l’humour décalé et délicieusement grinçant de Davy Mourier auréolé d’une mécanique de jeu fluide et originale. Jouer à « La Petite Mort », c’est avant tout s’offrir une belle dose de gaieté sépulcrale. Les cartes Personnage ne manqueront pas de vous rappeler quelques célèbres individus (Harry Potter, Batman, Gandhi et on en passe…) et les cartes Caractère sont des micro-condensés de l’humour noir qui a fait le succès de la bande-dessinée.

Bref, un jeu fun, rapide, fun, superbement illustré (forcément…), fun et avec des petits meeples faucheuses trop choupi…

La Petite Mort, un jeu de François Bachelart issu de la bande dessinée de Davy Mourier et édité par Lumberjacks Studio

Nombre de joueurs : 2 à 4

Âge : A partir de 14 ans

Durée moyenne d’une partie : 20 minutes

Acheter « La Petite Mort », le jeu : 22,50 €

La Petite Mort, le jeu

C’est l’euphorie dans toutes les salles de bingo du monde. La rumeur court que la Mort a décidé de prendre sa retraite et les vieux sont donc à la fête. Ils ont tort. La relève est déjà là. Et elle est prometteuse…
8.5
Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité