July 21, 2018

Les coups de coeur littéraires du mois

Vous les attendiez, n’est-ce pas ? Ne niez rien, je vous vois trépigner d’impatience suite au léger retard de la rubrique. Mais ne vous en faîtes pas, car LES voici ! Les coups de coeur du mois de l’équipe :

Le coup de coeur de Laetitia : Bridget Jones : Folle de lui (T3), de Helen Fileding.

Émouvant, drbridget-jones-folle-de-luiôle , existentiel, décomplexant ; bref excellent. Une vraie thérapie. Je conseille !
Voici donc le troisième volet de cette série. on retrouve Bridget Jones quelques années plus tard, en maman célibataire et débordée, à la recherche de l’amour. Et oui, Mark n’est plus là, mais je ne vous dirai pas pourquoi, ça, je vous laisse le découvrir …
On se reconnaît toutes dans Bridget, au bout de quelques lignes, on a l’impression qu’elle est notre meilleure amie !
J’adore l’écriture au jour le jour, façon journal intime, typique de ces trois ouvrages. Cela donne au texte un côté très personnel et nous ramène forcément à notre propre vie avec humour et désinvolture. J’adore les pensées intimes de Bridget, toujours aussi anodines et réalistes, elles nous ont toutes, au moins une fois, traversées l’esprit.
L’histoire est simple, juste une histoire de vie classique mais c’est là oà est toute la magie de l’auteur. Elle donne à cette simplicité un ton touchant et humoristique qui la rend très intéressante.
Non, Bridget n’est pas une mère parfaite, non sa vie n’est pas rocambolesque, non ses histoires d’amour ne sont pas dignes d’un conte de fée. Comme nous toutes en fait !

Bref, mesdames, vous avez besoin de déculpabiliser. Lisez ce roman dès maintenant et libérez vous de vos complexes !

Le coup de coeur de Macha : La lettre qui allait changer la vie d’Harold Fry arriva le mardi, de Rachel Joyce.

Harold Fry est 175un jeune retraité anglais menant une existence morne auprès de sa femme, Maureen. Un matin, il reçoit une lettre d’une amie, Queeny Hennessy, qu’il n’a plus côtoyée depuis des années. Celle-ci, atteinte d’un cancer, est au crépuscule de sa vie et souhaite lui adresser ces quelques mots pour lui dire adieu. Profondément bouleversé, il s’empresse de lui écrire et de déposer son courrier dans la boîte aux lettres la plus proche. Ne pouvant se résoudre à lui dire au revoir de cette façon, il se décide à rejoindre le chevet de son amie en parcourant à pied les mille kilomètres qui les séparent. Ce parcours initiatique ne sera pas sans conséquence.
Cette histoire bouleversante est une invitation à une rencontre avec le genre humain, jalonnée d’introspection, de rédemption et de pardon. Le style très poétique de Rachel Joyce nous invite dès les premières pages à devenir les compagnons de route d’Harold Fry.
Ensemble, nous parcourons ce long chemin, nous nous esclaffons quand Harold s’esclaffe, nous nous effrayons quand Harold s’effraie, nous pleurons quand Harold pleure, et quand Harold doute, nous le soutenons, page après page, nous luttons à ses côtés afin qu’il puisse revoir Queenie.
Le coup de coeur de Baptiste : La vérité sur l’affaire Harry Quebert, de Joël Dicker. 
Il y a de ces ro88526788_omans qui vous marquent. La vérité sur l’affaire Harry Quebert en fait parti. Mené d’une main de maître par l’écriture haletante de Joël Dicker, ce livre devient très rapidement une obsession. Comme un tourbillon, on se fait envoûter par cette écriture qui nous conte une histoire à la fois touchante, dure et incompréhensible …
Marcus Goldman a écrit son premier best-seller. Au moment de rédiger le second, il se retrouve devant la page blanche et qui le reste inexorablement. Il part alors se réfugier chez son maître et ami, Harry Quebert, à Aurora. Peu de temps après son arrivée, le cadavre d’une adolescente de quinze ans est retrouvé dans le jardin de Quebert. Tout semble le désigner coupable. Alors, Marcus enquête, et cela lui permet d’écrire son second livre, en suivant le fil conducteur de cette histoire ô combien déroutante et incompréhensible.
Plus de 800 pages d’action, d’enquête et de péripéties qui s’enchaînent et qui vous feront vous arracher des cheveux. jamais l’histoire ne semble s’essouffler, et jusqu’à la dernière page, vous serez surpris. Pour son second roman, publié à l’âge et 27 ans et titré de plusieurs prix, Joël Dicker a fait fort. Très fort.
Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité