July 17, 2018

Les extensions de garantie, un attrape-nigaud ?

Je pense que la plupart des consommateurs se sont, au moins une fois, retrouvés dans ce cas de figure.

Que vous achetiez de l’électroménager ou du mobilier, le vendeur vous propose, dans votre intérêt bien sûr, une extension de garantie. Pourquoi ?

La conformité légale à l’heure actuelle, en Europe, est de 2 ans de garantie. Au-delà de cette période, un vide juridique que les distributeurs ont su exploiter pour s’en mettre pleins les poches. Le discours est bien rôdé et le vendeur n’hésite pas à pointer du doigt les fabricants pour vous inciter à souscrire à leur extension de garantie.

Peut-être avez-vous déjà entendu parler d’obsolescence programmée ?

Un nom bien compliqué qui signifie tout simplement que votre produit a une durée de vie, excédant rarement les 7 ans. L’intérêt du fabricant est de s’assurer que le consommateur renouvelle régulièrement ses achats. On dit adieu à la machine à laver de mamie Jeannette qui durait 20 ans. Bienvenue dans l’ère du consumérisme.

Le scénario est très simple : la garantie légale étant échue, nous, pauvres consommateurs, sommes en proie à une terrible psychose. D’ailleurs nommons-là, la fameuse psychose du « Et si ».

Et si mon appareil tombait en panne ? Et s’il fallait changer une pièce ? Et s’il y avait un défaut de fabrication ? Et si je n’ai pas d’extension de garantie ?

Toutes sortes d’hypothèses que les distributeurs extrapolent avec brio. La mission du vendeur est claire : semer le doute dans l’esprit du consommateur. Pourquoi prendre de tels risques ? Il suffit simplement de débourser une somme coquette, en général 20% de la valeur de votre achat, pour être à l’abri d’un scénario catastrophe.

Pourtant la réalité est bien différente.

Si un appareil a un défaut de fabrication ou s’il est défectueux, il tombera en panne rapidement, et sera donc pris en charge par la garantie légale des 2 ans.

Le pourcentage de produits tombant en panne au delà de cette période est très faible contrairement à ce que les distributeurs tentent de vous faire croire. De plus les rares pannes sont généralement moins onéreuses que le prix de l’extension de garantie. Les vendeurs sont d’ailleurs commissionnés, donc ne vous offusquez pas de leurs insistances, ils gagnent leur croûte même si cela passe par le fait de vous mentir honteusement. De toute façon, votre produit rendra l’âme au moment escompté alors ne vous rongez pas les sangs pour rien, vous finirez par renouveler votre achat.

De nombreuses associations de consommateurs dénoncent toutes ces pratiques depuis des années, et ont même proposé une loi permettant de mieux protéger les consommateurs mais également d’interdire l’obsolescence programmée, véritable fléau pour l’environnement. Celle-ci a été rejetée par Benoit Hamon. Ah, lobbying, quand tu nous tiens….

Alors chers lecteurs assidus de Conso-Mag, avant d’effectuer un achat, renseignez-vous au préalable car votre carte de crédit, votre assurance maison et même certains fabricants garantissent les produits au delà de la durée légale. Bien évidemment, les distributeurs se gardent bien de vous le dire.

Le consommateur avisé, que vous êtes désormais, ne se laissera plus embobiner.

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité