November 18, 2018

Demain j’arrête ! de Gilles Legardinier

demain-j-arreteAujourd’hui, journée un petit peu spéciale, puisque ce n’est pas une critique que vous aurez, mais deux dans le même article ! Avouez-le, vous êtes heureux, pas vrai ? On va commencer avec l’avis de Juliette, parce qu’à tout, ladies first comme on dit.

Critique de Juliette

« Et vous, quel est le truc le plus idiot que vous ayez fait de votre vie ?

Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu – obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier…

 Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons-nous fait le truc le plus idiot de notre vie ? »

Dans son livre, Gilles Legardinier est arrivé à mêler avec brio rires et larmes, joie et tristesse. On suit l’histoire de Julie, jeune femme maladroite et hilarante, dans sa découverte de son nouveau voisin, monsieur « Patatras ». Mais bientôt, des sentiments se mélangent à ce drôle de nom… Dans le roman, il ne faut pas oublier les amis de Julie, qui ont tous leurs grains de folie – à l’image de l’héroïne principale ! Entre Xavier qui bricole une voiture trop grande pour passer par la porte, Sophie et son drôle de bonnet, une petite grand-mère qui joue les héroïnes et les chats qui peuplent le récit, ce cher Ric Patatras n’est pas au bout de ses surprises !

L’écriture est simple, précise et belle. L’auteur n’hésite pas à nous faire partager les pensées de son personnage principal, qui sont pour le moins décalées et, la plupart du temps, terriblement drôle. Les phrases de Gilles Legardinier m’ont aussitôt séduites ! L’auteur décrit aussi bien les passages heureux que les passages moins gais, voire parfois démoralisants ! Car, si le livre est constitué en grande partie de façon légère et décalée, des morceaux sombres sont aussi présents, et rappellent avec justesse la rudesse et la cruauté de la vie.

Les personnages sont attachants, et il n’y en a pas un qui manque d’humour ou qui n’arrive pas à se mettre dans des situations délirantes ! L’histoire est hilarante, et ne manque pas d’intérêt. Chaque page donne plus envie de continuer la lecture, et de découvrir les nouvelles péripéties de Julie et de ses compagnons.

Pour moi, ce livre est un véritable coup de cœur ! J’ai adoré l’histoire de Julie, et les « trucs idiots » qu’elle a pu faire tout au long du roman. Cette lecture incite le lecteur à observer sa propre vie et à se demander jusqu’où il pourrait aller par amour ou par amitié. Je le recommande à tous ceux qui aiment lire et à ceux qui veulent entretenir l’étincelle de folie qui brûle en eux !

  • Note : 75/100

Critique de Baptiste

LE livre qui a envoyé Legardinier sur le devant de la scène. Après en avoir entendu énormément de bien, je l’ai lu. Et, en comparaison de toutes ces critiques élogieuses, je m’attendais à mieux. J’ai été quelques peu déçu, bien que ça reste un bouquin sympa à lire.

Je suis d’accord avec Juliette pour la singularité des personnages et les âneries qu’ils enchaînent au fil des pages, cela m’a fait sourire à plusieurs reprises. On s’attache à eux et à leurs petits tracas et histoires du quotidien. Et heureusement d’ailleurs parce que j’ai trouvé qu’on tombait rapidement dans le cliché de la nana super maladroite, amoureuse du gars parfait et prête à tout pour lui, pour le conquérir. Le style d’écriture est vraiment simple et fluide, mais il ne m’a pas marqué par sa beauté. Ca ne cassait pas trois pattes à un canard.

C’est peut-être un livre qui s’adresse plus à la gente féminine, ce qui influe probablement sur mon jugement. On peut d’ailleurs relever que c’est étrange que ce soit un homme qui ait écrit ce bouquin. Mais attention, ce n’est pas parce que je suis un homme que je suis si sévère avec ce livre ; c’est simplement qu’en comparaison de toutes les vagues qu’il a fait, je m’attendais à mieux, à une histoire plus élaborée. C’est tout de même resté une lecture agréable et sans prise de tête pour moi. Une lecture parfaite pour l’été, à lire après sa sieste sur un transat.

Comme je l’ai dit dans la critique de Nous étions les hommes du même auteur, j’ai préféré l’auteur dans le genre thriller. Et je pense que je me pencherai plus sur ses éventuels autres thrillers que sur ses comédies romantiques !

  • Note : 65/100
Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité