August 16, 2018

Mapuche, de Caryl Ferey

Mapuche est un peuple perdu aux confins du Chili et de l’Argentine. Après l’Afrique du Sud de Zulu et les Maori dans Utu et Haka, Caryl Ferey propose une nouvelle plongée sociale. A l’orée d’une peuplade opprimée pour y modeler un thriller complexe sans fausse note.

Nous alternons ici entre deux personnages forts, à la vie bien remplie, pour leur plus grand malheur. En effet, ce sont tous deux des rescapés, des survivants.

La crise économique et ses conséquences, les régimes autoritaires et leurs carabiniers : les causes douloureuses ne manquent pas. Sombre indienne du fin fond de l’Argentine, Jana côtoie les travestis, fait le trottoir. Elle tente de lancer sa carrière de sculptrice avec difficulté.

Détective au passé douloureux, Ruben Calderon a le goût de l’illégal et du crasseux. Malgré leurs habitudes et leurs modes de vie, ces deux là démarrent, quand ils se rencontrent, une chevauchée meurtrière de haute volée.
L’auteur nous propose trois parties très tranchées :

  • une présentation glauque et flippante des bas-fonds argentins (« Petite soeur »)
  • une enquête débridée nous mettant face aux plus grandes barbaries (« le Cahier triste »)
  • un road-trip mortellement sanglant (« Kulan – la Femme terrible »).

C’est non seulement l’occasion de rencontrer une violence à l’état pur avec des descriptions parfois très crues, quelquefois gores aussi, mais également l’occasion de contempler avec un certain fatalisme l’incroyable prégnance de l’histoire dans notre psychologie, elle circule à fleur à peau de notre existence et influe sur notre réflexion de tous les jours.

Certains lecteurs n’adhèreront peut-être pas à la quête de liberté et de vérité de ce casting distordu, tout comme ils pourraient tout aussi bien s’étonner de l’insistance faite à la description cabossée de Jana. Or, finalement, les défauts physiques et « moraux » de Jana sont bien peu de choses face à ses réflexes affectifs et instinctifs. Et c’est bien là le fond de cet ouvrage : c’est se raccrocher à des souvenirs perdus, à une famille, à un rêve, à un amour naissant qui nous fait nous construire un peu plus.

Ce livre est donc un très bon thriller social, nourri de la verve foisonnante de Caryl Ferey et de son goût prononcé pour le passé historique récent qui rejaillit inopinément : en effet, au pays du tango, mettez vos Mapuches, il pleut des coups d’État. L’ensemble est porté par des personnages entiers, dont une héroïne singulière ; et c’est cette figure de la femme argentine, bafouée mais battante, qui soutient le récit. Elle est belle, elle est rebelle, elle est MAPUCHE !

Prix: EUR 5,90

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité