August 14, 2018

Médicis, tome 4 : Cosme Ier, des miettes au festin

Après avoir suivi les diverses manœuvres papales destinées à rendre Florence aux Médicis dans le précédent tome, Les Éditions Soleil s’arrêtent désormais sur Cosme Ier, un Duc dont il était écrit que l’histoire ne retiendrait pas le nom. Et pourtant…

Au grand dam des Florentins, le Duc Alexandre qui avait pris les rênes de la Cité brillait plus par son goût pour la débauche que par son intérêt pour les affaires d’État. Son assassinat par son cousin Lorenzaccio n’émut donc pas la population mais eut pour conséquence de laisser la ville sans maître. Soucieux de préserver leurs intérêts, les édiles de Florence portèrent alors au pouvoir Cosme qui ne semblait avoir hérité de son prestigieux aïeul que le prénom. Docile et facilement manipulable, le jeune Médicis apparaissait comme le parfait homme de paille. C’était sans compter sur la vive intelligence du nouveau Duc qui, à la surprise générale, allait se révéler aussi manipulateur que fin stratège. Désormais au pouvoir, sûr de sa force et craint par ses ennemis, Cosme Ier allait s’attacher à redonner à Florence son lustre d’antan, quitte à faire abondamment couler le sang de ses détracteurs.

Ce nouveau tome est en quelque sorte celui de la renaissance de la toute-puissance des Médicis sur la Toscane. Contrairement aux précédents volumes, il est émaillé de flashbacks qui nous permettent de suivre l’évolution de Cosme, le garçon en qui personne ne croyait et que l’on promettait à un avenir sans gloire, et de comprendre au fil des pages tout le machiavélisme qui l’habite (c’est le cas de le dire). Comme depuis le début de la saga, Olivier Peru maîtrise à la perfection son scénario. Il est pour cette fois accompagné par Francesco Mucciacito qui nous livre des dessins plus bruts, peut-être moins détaillés que ceux auxquels nous avaient habitués Eduard Torrents ou Lucio Leoni et Emanuela Negrin.

Le prochain et dernier tome de la saga Médicis nous entrainera pour la première fois dans les pas d’une femme, ceux d’Isabelle, fille de Cosme Ier et d’Eléonore de Tolède. Comptez sur nous pour ne pas rater l’ultime chapitre de cette époustouflante fresque familiale !

 

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité