On se souvient du nom des assassins – Dominique MAISONS

Ce roman est, en tous points, exceptionnel. Par son histoire, par son contexte, par son écriture, par ses personnages. Un roman profondément ambitieux. Un roman réellement ludique. Mr Maisons a réussi la quadrature du cercle littéraire : concilier cette réelle ambition tout en proposant un vrai roman populaire.

1909, Paris s’éveille. S’éveille à l’avènement de nouvelles techniques révolutionnaires, mais aussi à l’essor de la littérature populaire de masse. « On se souvient du nom des assassins » est le récit de cette époque. Celui d’un écrivain populaire à succès qui devient enquêteur. Celui de son condisciple qui est le narrateur de cette histoire. Celui d’une investigation incroyable qui réserve des surprises en masse.

Une plongée dans une époque où la littérature populaire gagnait ses lettres de noblesse (oui je sais, c’est contradictoire). Où l’arrivée de nouveaux divertissements permettait de s’évader d’un quotidien particulièrement difficile.

Exceptionnel, je l’ai dit et je le répéterai à l’envie. L’auteur a abattu une somme de travail titanesque pour bâtir cette intrigue et l’environnement dans lequel elle se déroule. On sent que l’auteur a effectué nombre de recherches pour rendre le tout crédible. Mais là où beaucoup d’auteurs tombent dans le piège du recopiage de pans entiers d’informations, Dominique Maisons a totalement digéré ses prospections de telle sorte qu’on semble réellement transporté dans les années 1900. Tout sonne juste, vraisemblable, chaque détail est là pour souligner l’atmosphère particulière et l’intrigue admirable qui s’y déroule.

On a réellement l’impression de lire un roman écrit au début du XXème siècle, avec ce dynamisme tout particulier des romans feuilletons. Avec une vraie pointe de modernité aussi, des pics sanglants dans la description des meurtres que l’auteur sème au travers de cette intrigue. Une ambiance à l’ancienne, assez légère, contrebalancée par la violence inouïe des crimes commis et rehaussée par l’écriture sublime de l’auteur.

Et il y a cette galerie de portraits inoubliables, de personnages hauts en couleur. Comme cet écrivain fantasque, sorte de dandy aux mille talents, dont l’esprit de déduction file à 100 à l’heure (aussi vite que son automobile). Comme son assistant, le narrateur de service, qui découvre le monde à travers les pérégrinations que lui impose le coquet de service. Deux personnalités qui se complètent, deux démiurges qu’on suit les yeux grands ouverts.

Comme les personnages féminins aussi, touchants et qui sont indispensables à la densité de ce récit. Comme la rencontre également de nombreuses personnalités réelles au détour de l’histoire, de Gaston Leroux à Célestin Hennion qui fut célèbre pour ses Brigades du tigre. Et bien d’autres encore, qui donnent tout son sens à cette histoire…

Cette oeuvre est un vrai roman policier (pas un polar, le terme serait anachronique) doublé d’un formidable livre d’aventure. Les 500 pages se dégustent sans aucun temps mort, tant l’auteur nous réserve surprises sur surprises.

Cet artiste des lettres ne fait pas que preuve de nostalgie, à travers cette aventure. Son propos est profond, sa description d’une période où la séparation de l’Église et de l’État est encore toute fraîche apporte une belle perspective sur nos interrogations contemporaines concernant la laïcité. C’est le cas également lorsqu’il décrit le racisme quotidien dont souffrent les immigrés italiens dans ces années 1900 (le narrateur du récit est lui-même fils d’italiens venus vivre en France).

Suivre cette sorte de Ligue des gentilshommes face au mal, concoctée par Dominique Maisons, est un plaisir de tous les instants, et un bonheur de lecture rare. Le genre de roman singulier face à pléthore de livres qui se ressemblent tant. C’est un roman exceptionnel à plus d’un titre.

Acheter en ligne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.