September 24, 2018

Pars avec lui d’Agnès Ledig

Agnès Ledig, sage-femme libérale alsacienne nous revient avec son troisième roman « Pars avec lui ». J’avais littéralement dévoré Marie d’en haut et Juste avant le bonheur, deux romans humanistes, qui font écho à notre propre vie. Lire son nouveau roman était une évidence, la qualité attendue aussi, un peu trop peut-être….

Agnès Ledig Pars avec luiJuliette est infirmière et voue une véritable passion pour son métier.Elle aime aider ses patients à traverser les épreuves que leur inflige la vie.

Elle les soigne physiquement, leur apporte de l’espoir, de l’humanité dans ces moments difficiles. Penser et s’occuper des autres, lui permet de passer sous silence, pendant quelques heures, sa propre vie, ses combats, sa misère affective. Elle rêve de devenir mère mais la nature lui refuse son vœu le plus cher. Cet enfant, c’est devenu toute sa vie, une obsession vitale. Les traitements hormonaux sont lourds, contraignants, épuisants mais qu’importe, s’ils lui permettent de réaliser son rêve… Elle en oublie le reste, refuse de voir le comportement tyrannique, monstrueux de Laurent, son compagnon qui l’humilie, la réduit à rien, la prend toute entière sans consentement.

Dans cette noirceur quotidienne, un espoir nommé Roméo va lui redonner goût à la vie. Roméo, pompier professionnel, vient d’être admis en urgence. Il est tombé du huitième étage alors qu’il essayait de sauver la vie d’un enfant pris au piège par les flammes. Par miracle, Roméo a survécu mais son corps est broyé, cassé. Il s’inquiète pour sa sœur, Vanessa, adolescente fragile et rebelle dont il a la charge. Juliette va le rassurer, l’accompagner vers la voie de la guérison lente et douloureuse. Bien entendu, Roméo et Juliette vont s’aimer et se reconstruire chacun, grâce à l’autre…

Pars avec lui a tenu ses promesses. Je me suis penchée tête baissée dans la lecture de ce roman dont l’histoire m’a captivée les 100 premières pages laissant place à une certaine lassitude…

Les personnages sont touchants et émouvants mais cette avalanche de bons sentiments tout au long du roman rend l’histoire, au final, peu réaliste et surtout prévisible. J’aurais aimé de la nuance, du doute, davantage de caractère (la vraie vie, quoi !). Un livre plein d’humanisme soit mais hélas, sans grande surprise !

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité