December 13, 2018

Pëppo, de Séverine Vidal

En librairie depuis le 6 juin dernier, je vous présente cette fois aux éditions Bayard « Pëppo », un petit livre de 176 pages. L’auteure a été professeur des écoles et se consacre depuis 2011 pleinement à l’écriture. Elle a écrit des romans pour adolescents, des textes pour la presse et anime également des ateliers d’écriture. Littérature adolescents, « Pëppo » est un roman conseillé à partir de 14 ans.

Pëppo est aussi bordélique dans sa tête que dans la vie qu’il mène. Âgé de 17 ans, il vit avec sa sœur Frida et ses deux neveux, des jumeaux, Colette et Georges, dans le camping miteux de leur oncle Maximilien. Ses parents sont partis faire leur spectacle sur un bateau de croisière, et il est plus ou moins livré à lui-même. Il vit avec les moyens du bord et avec ce qu’il a, c’est-à-dire pas grand chose au camping « Ropical » qui a perdu son T depuis belle lurette. Il sèche donc le lycée, surfe toute la journée la vague perpignanaise et vole par-ci, par-là. Alors que sa sœur décide de partir pour la Jonquera pour une durée indéterminée, il se retrouve seul avec les bébés jumeaux. Tout se complique. Malgré la galère, il sait qu’il peut compter sur les pensionnaires du camping.

Un roman plein d’humanité qui attire l’attention sur la beauté de la vie, les échanges avec son prochain. On ne choisit pas sa famille, on ne choisit pas d’être né fauché, ni de vivre comme un bohémien ; cependant, à travers les yeux de Pëppo, on perçoit la douceur de la vie, la beauté des gens. L’auteure a su donner une autre dimension à la misère. On y trouve de la beauté dans la médiocrité. On aurait pu avoir des personnages pathétiques mais il n’en est rien. Il est facile pour le lecteur de concevoir et d’accepter que si la vie n’est pas toujours facile, il est possible toutefois de trouver des moments de bonheur.

J’ai aimé ce gitan, Pëppo ! Un terme péjoratif, qui donne l’espoir à une jeunesse qui subit bien souvent le système, que la vie peut être faite de belle rencontre, que tout peut arriver. 176 pages, cela me paraissait assez court, or au final c’était ce qu’il fallait pour vivre sur un air de bohème et revenir à des valeurs simples. Rien que pour cela, merci pour cette belle découverte qui m’a beaucoup émue !

Une lecture que je recommande pour les vacances.

On ne naît pas tous égaux, souvent on subit sa vie, surtout quand on a 17 ans. Cependant, Pëppo avec sa tête en bazar sait voir les choses avec beauté et leur donner un sens. Une belle aventure humaine sur un air de bohème.
8.5
Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité