December 16, 2018

Pokémon Let’s Go, retour à Kanto 20 ans plus tard !

Deux décennies après la sortie du duo Bleu/Rouge originel, Nintendo nous ramène à Kanto avec Pokémon : Let’s Go, Pikachu / Evoli. Un pseudo-remake à la sauce Pokémon Go! destiné aussi bien aux nouveaux fans de la licence qu’aux nostalgiques de l’époque Game Boy. Nous avons enfilé notre plus beau costume de dresseur pour vous, bien décidés à vous apporter les badges des différentes arènes en plus d’un avis éclairé. Test complet.

« On me surnomme amicalement le Prof Pokémon »

Peut-être ne pouvait-il pas en être autrement. Pour le premier véritable épisode de la franchise à voir le jour sur consoles de salon, Nintendo a décidé de revenir aux sources en proposant un quasi copier/coller de l’épisode original. Pokémon : Let’s Go nous emmène donc à Bourg-Palette, où il va être possible de choisir son avatar pour se lancer dans la grande aventure. Garçon ou fille, casquette vissée sur la tête, on se voit ensuite confier un premier Pokémon par le désormais célèbre Prof Chen, fidèle au poste. Vous l’aurez bien compris, en fonction de la version que vous aurez choisie, votre protégé sera Pikachu ou Evoli. Votre grande quête pour remporter les huit badges des différentes arènes du monde, mais aussi pour capturer chacun des 150 Pokémon de première génération, commence alors.

La totalité – ou presque – de l’aventure est ensuite similaire à celle que l’on a connue il y a 20 ans de cela. On retrouve les mêmes villes, les mêmes dresseurs prêts à en découdre avec vous, la même Team Rocket avide de méfaits. La principale différence se situe au niveau de la capture des Pokémon sauvages, qui emprunte à Pokémon Go!. Première nouveauté : il n’y a plus de combats aléatoires en se baladant dans les hautes herbes ou les donjons. Désormais, on voit clairement les animaux sauvages se balader sur la map, et il est possible d’esquiver – ou non – les rencontres. Le terme de « rencontre » au lieu de « combat » est choisi volontairement puisque les Pokémon sauvages ne s’affrontent plus. Alors qu’il était auparavant nécessaire d’affaiblir un Rondoudou sauvage avant de tenter la capture, il faut simplement lancer sa Pokéball dans un bon timing après avoir éventuellement calmé la bête avec une baie. Chaque capture apporte un certain nombre de points d’expérience à chacun des membres de votre équipe, plus important en fonction de la rareté du Pokémon (notamment pour les tailles Max ou Mini, les Shiny et autres variantes apparues sur la version mobile).

Magicarpe FTW

Les combats contre les dresseurs sont donc les seuls affrontements auxquels on aura droit au fil de l’aventure. Si on retrouve le même système de tour par tout que sur la version d’origine, on note également quelques petits changements. Ainsi, à la fin d’un combat, tous les Pokémons de votre équipe obtiennent de l’XP, qu’ils aient participé ou non au combat (seuls ceux qui sont K.O. n’y ont pas droit). Conséquence de cela : le farming est extrêmement plus simple qu’avant, puisque toute l’équipe progresse plus ou moins au même rythme. Les fans de la première heure se rappelleront avec haine et émotion les heures passées à faire évoluer un Magicarpe en le mettant en première ligne avant de le rappeler. De fait, Pokémon : Let’s Go est énormément plus simple que ce qu’il aurait été vingt ans auparavant.

S’il est sans doute beaucoup trop facile par rapport à ce que l’on est en droit d’attendre, Pokémon Let’s Go marque tout de même l’arrivée de l’une de nos licences préférées sur une console de salon. La fibre nostalgique a par ailleurs énormément vibré en redécouvrant les endroits de notre enfance dans des décors complètement retravaillés, avec une bande-son réorchestrée qui nous a mis des papillons dans le ventre.

Bref, en un mot comme en cent, on a ADORÉ ce Pokémon : Let’s Go ! Que vous soyez fans de la première heure ou non, cette aventure, bien qu’un peu trop simple, est un incontournable pour tout possesseur de Nintendo Switch. Et nul doute que le titre va permettre à Nintendo de mettre quelques packs de sa console sous les sapins de Noël du monde entier !

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité