July 22, 2018

Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison, de Arto Paasilinna

Et bien, si Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison n’est pas le meilleur roman d’Arto Paasilinna, je vais courir me procurer les autres!

J’ai vraimenbm_281_1357045t beaucoup aimé. L’intrigue originale m’a séduite par son grain de folie et la réflexion intéressante qu’elle apporte sur les différentes façons de percevoir la justice. Skinheads ou grands patrons véreux sont kidnappés et envoyés, non au charbon mais aux champignons, dans d’anciennes mines finlandaises converties en exploitation agricole biologique et se retrouvent condamnés à faire taire leur orgueil et à mettre, leur agressivité ou leur superbe, au service de la production de nourriture bio. La frontière entre la légalité et le non-respect de la loi est évanescente, personnifiée par l’attachant personnage principal , Jalmari Jyllänketo, tout ensemble vrai inspecteur principal de la Sécurité nationale finlandaise et faux contrôleur bio, qui passera sans presque aucun remords (peut-être un peu trop facilement d’ailleurs à mon avis) de l’amour pour la loi établie et reconnue à l’attrait pour celle, très discutable mais dangereusement séduisante, qu’a instauré Ilona Kärmeskallio, la patronne de l’Etang aux Rennes et que suivent sans sourciller tous ses habitants.

A l’Etang aux Rennes, on rencontre différents exemplaires du genre humain et tous sont dépeints dans leur duplicité – une caractéristique humaine plus qu’humaine ? semble nous dire l’auteur. On trouve l’inspecteur censé faire appliquer la loi et qui se retrouve dans l’illégalité ; la patronne, endurcie par des années de souffrance et de soumission à un homme violent, qui contourne la loi, la réécrit et devient à son tour tortionnaire ; la jeune fille tout à la fois candide et romantique, mais qui ne semble pas choquée par cette étrange justice (quoique…) ; l’aviateur macho au passé incertain qui est chargé de kidnapper les « méchants » mais dont on pense plus d’une fois qu’il mériterait lui aussi d’aller faire un petit séjour au fond de la mine ; la vieille femme, acariâtre et revêche reconvertie en professeur de savolais haute en couleurs et presque sympathique ; l’homme politique au passé trouble et d’autres encore. Bref, tout ce beau monde s’est mis en tête de faire justice soi-même et le pire est que cette idée à la légitimité douteuse vous emporte tout de même, laissant chacun face à sa conscience. En somme, un questionnement humoristique mais néanmoins profond sur notre statut d’Hommes civilisés !

Acheter le livre en ligne : 8,20 €

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité