July 18, 2018

GQ – novembre 2013

gq_novembre-guillaume-canetNouveau mois en approche, nouveau numéro de GQ qui débarque dans la boîte aux lettres de la rédaction. Un numéro qui affiche en couverture Guillaume Canet cette fois-ci, avec une longue interview de lui mettant en avant son côté perfectionniste et son envie de s’installer dans le gratin des réalisateurs en Amérique, après avoir rencontré un succès sans équivoque en France. Un pari osé, mais pour lequel il semble prêt à tout. Je vous avouerais n’avoir que survolé cet article n’étant pas un grand fan du personnage, que je n’apprécie que moyennement. Il n’empêche que le papier est bien fichu et qu’on y apprend quelques choses plutôt sympathiques.

Deux autres dossiers ont en revanche bien plus retenu mon attention. Le premier est consacré à la deuxième femme de ma vie, la plus-que-parfaite Natalie Portman. Un dossier assez court qui retrace quelque peu sa vie, dans lequel on n’apprend pas forcément grand-chose, du moins pour les personnes qui sont déjà familiers avec le personnage. Et qui ne l’est pas à l’heure actuelle, à vrai dire ? L’occasion tout de même de refaire parler de celle qui sera bientôt à l’affiche dans la suite de Thor et d’apprécier deux-trois photos qui nous permettent de dire que Natalie, malgré sa trentaine dépassée, est l’une des plus belles femmes du monde. Bref, je l’aime, vous l’aurez compris.

Le second dossier qui m’a captivé est intitulé L’art d’être infidèle (en restant un chic type). Les auteurs y dépeignent la situation actuelle, le regard de la société face à l’adultère et font un bilan des sites de rencontre spécialisés, et autres aspects de la tromperie moderne. On ajouté à cela une liste de 10 conseils pour bien tromper et ne pas se faire gauler par sa femme que l’on aime plus que tout malgré cela, pour finir par filer quelques trucs et astuces, notamment une liste d’applications permettant de mentir plus facilement à sa nana. Bordel, sérieusement. Loin de moi l’idée de passer pour un gentil petit garçon modèle, premier de la classe au pays des Bisounours, mais vraiment, on en est là ? Un guide pour bien tromper sa nana qui ne cesse de glisser à droite à gauche que fourrer sa teub dans une autre, tant que ça reste occasionnel, c’est le meilleur moyen de préserver son couple de la lassitude et, au final, un moyen de sauver son couple d’un divorce inéluctable pour lequel on signe tous au moment où l’on dit « oui » à l’église ? Je ne sais pas si c’est moi qui ne vit pas avec mon temps ou si, simplement, mon esprit n’est pas assez ouvert pour comprendre le bien-fondé de la démarche, mais je trouve ce genre d’articles « gerbant » et foutrement mal venu. Perso, j’ai été éduqué à l’école Disney, et ça me ferait chier de lire un jour à mes gamins des histoires qui se concluent par un « il se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Puis le Prince Charmant baisa sa secrétaire pendant que Blanche-Neige était en train de choisir la photo de profil de son compte AdopteUnMec pour trouver le nouveau partenaire de ses « jeudis tout nu ». Fin. » Non merci, très peu pour moi.

A côté de ça, on retrouve les rubriques traditionnelles de GQ, toujours sympathiques, et une publicité qui n’est pas trop présente cette fois encore dans le mag’. Une bonne nouvelle, vraiment.

Rappelons, pour finir, que GQ coûte 3,50 chez votre marchand de journaux, tandis qu’un petit abonnement est dispo (en ligne) à 19,95 euros pour un an.

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité