October 16, 2018

Prince des ténèbres, de Rachel Caine

Un univers shakespearien, le romantisme de l’Italie et nous voilà en voyage à Vérone, au cœur du conflit historique entre les deux plus puissantes familles de la ville : les Montagues et les Capulets. Entre combats et conquête du pouvoir, complots et alliances, l’affrontement est vif. Mais pour apaiser les tensions, des mariages sont arrangés. Les femmes, monnaie d’échange principale, sont négociées et livrées au plus offrant. Leur destin est scellé.

Benvolio Montague, jeune et intrépide cousin du célèbre Roméo, serait prêt à mourir pour sa lignée. La nuit, il devient le prince des ténèbres : le plus grand bandit de Vérone, spécialiste des larcins chez les Capulet et autres richissimes de Vérone. L’injustice et l’enrichissement l’ont, depuis longtemps, incité à défendre les plus démunis. Ce Robin des Bois à l’italienne tombe un jour les yeux sur Rosaline Capulet, promise au couvent. Alors, une terrible malédiction s’éveille, menaçant de réécrire l’histoire de Vérone et de ses habitants…

Cette aventure chevaleresque nous replonge au sein du mélodrame romantique de Roméo et Juliette. En effet avec ces personnages charismatiques et leurs nombreuses aventures, la lecture est très agréable. On se lit très vite d’amitié pour le personnage principal et son ami Mercutio. Leur insouciance des affrontements politiques et armés donne rapidement une touche d’humour à ce roman. Il est nécessaire de souligner également les nombreux détails mis en lumière dans la rédaction car ils donnent vie au charme de l’Italie et de Véronne.

De plus un certain fil conducteur nous porte tout au long de l’ouvrage, on saisit rapidement quel type de lecture nous attend. Elle est facile, agréable et rebondissante. Cependant on peut regretter la fin de l’histoire qui me paraît en léger décalage avec l’univers initial de l’histoire. La touche de fantaisie apparaissant dans les dernières pages et concluant le scénario interpellent. Pour ma part une fin plus chevaleresque et plus classique aurait parfaitement conclut l’histoire.

Prince des ténèbres reste néanmoins une lecture appréciable, une bonne aventure de cape et d’épées, avec le charme de l’Italie.

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité