November 18, 2018

Saint Valentin : les films d’amour à regarder !

La semaine s’est ouverte sur des histoires d’amour couchées sur papier et se conclue par leur adaptation sur pellicule. L’amour reste la clé de voûte de tous les récits, l’émoi sentimental le plus puissant, inhérent à tous les êtres vivants, une source intarissable donnant vie aux histoires les plus marquantes.

Cette sélection tend à vous faire découvrir des films émouvants et poignants, des scénarios originaux, des héros singuliers guidés par la passion qui les anime.

Reviens-moi, de Joe Wright avec James McAvoy, Keira Knightley (2008)

Robbie Turner (James McAvoy) est follement épris de Cécilia Tallis (Keira Knightley). Malheureusement, leur amour naissant prend brutalement fin quand Robbie se retrouve accusé, à tort, d’un crime ignoble. Sa principale accusatrice n’est autre que Briony, la petite soeur de Cecilia. Les années passent, cependant le temps n’efface en rien la honte et la culpabilité qui ronge Briony, consciente du mal qu’elle a commis. Elle tente tant bien que mal de se justifier, de s’excuser auprès de sa soeur et de Robbie pour réparer ses erreurs, hélas les choses que l’on croit comprendre et entrevoir sont bien de la réalité.

Ce drame sentimental est un véritable chef d’oeuvre, puissant et surprenant. une histoire d’amour d’une intensité rare qui se conclut d’une façon magistrale et déconcertante. Les apparences sont trompeuses, les mots et les images malléables à souhait, lorsque enfin les sentiments de justice et de rédemption semblent nous apaiser, l’inéluctable fatalité fait irruption. Un film magnifique qui vous laissera pantois

 

Au delà de nos rêves, de Vincent Ward avec Robin Williams, Annabella Sciorra (2000)

Chris (Robin Williams) et Annie (Annabella Sciorra) mènent une vie idyllique, un amour sans faille, un mariage heureux. Hélas ce parfait tableau est violemment bouleversé lorsque leurs deux enfants décèdent dans un accident de voiture. Cette terrible épreuve renforce davantage leur relation déjà incroyablement fusionnelle, ensemble ils font front contre ce drame. Mais alors que la vie recommence doucement à être appréciable, le sort s’acharne une nouvelle fois, Chris meurt à son tour dans un accident. L’histoire pourrait s’arrêter là….pourtant sa mort n’est que le commencement. Chris réalise peu à peu qu’il n’appartient plus au monde des vivants, un nouvel horizon prend forme, serait-ce le paradis? Il tente d’appréhender ce nouveau monde, tout en étant à la fois le témoin impuissant de la déchéance de sa femme, qui sombre lentement mais sûrement vers les méandres du désespoir. Seule une amie tristement familière pourrait de nouveau les réunir. Mais certaines règles doivent être respectées, en se suicidant Annie les transgresse et se retrouve condamnée à la noirceur éternelle de l’Enfer. Cependant rien ne semble détourner Chris de son âme soeur, il ne peut se résoudre à l’abandonner et décide contre toute logique de se lancer à sa recherche et de braver de sombres obstacles afin de retrouver sa bien-aimée.

Ce film très émouvant vous transportera à travers des paysages époustouflants, vous émerveillera, vous surprendra. Un voyage onirique entre le paradis et l’enfer, un amour extrême faisant face à tous les obstacles, que beaucoup rêverait secrètement de caresser du bout des lèvres. L’influence de La Divine Comédie de Dante est une des pierres angulaires de cette sublime histoire, des siècles après sa parution, cette thématique de la vie après la mort ne cesse de nous captiver. Personne évidemment ne sait ce qu’adviendra après le passage de la faucheuse, en attendant autorisons-nous un peu de rêve et d’espoir.

Eternal Sunshine of the Spotless Mind, de Michel Gondry avec Jim Carrey, Kate Winslet (2004)

Bien que leur relation soit imparfaite et tumultueuse, Joel (Jim Carrey) tombe des nues quand il découvre que sa compagne Clémentine (Kate Winslet) a effacé de sa mémoire leur histoire d’amour et lui par la même occasion. Tiraillé entre la colère et l’incompréhension, il se décide à subir le même traitement pour ne plus souffrir. Le procédé est fort simple, dessiner une cartographie des souvenirs dans le cerveau du patient, puis les neutraliser les uns après les autres. Pourtant au fur et à mesure que les souvenirs s’évanouissent, Joel réalise à quel point il l’aime toujours. Un cache-cache commence alors dans les différentes parties du cerveau de Joel qui tente le tout pour le tout afin de préserver ne serait-ce qu’un infime souvenir de Clémentine.

Outre un scénario insolite et des héros attachants, le film nous propose des interprétations auxquelles nous sommes peu habituées. Jim Carrey met au placard son rôle de clown et toutes ses singeries, et nous livre un personnage timoré, attristé et désespéré avec une justesse incroyable. A l’inverse Kate Winslet s’offre un moment de légèreté en interprétant Clémentine, une jeune femme excentrique et déjantée.

Ce film est une sorte d’ovni cinématographique, une expérience émotionnelle atypique dont des bribes de souvenirs se répandront par-ci par là dans votre cerveau et ne vous quitteront jamais plus.

 

La vie est un sommeil, l’amour en est le rêve et tu auras vécu, si tu as aimé (Alfred de Musset)

 

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité