Snow, de Danielle Paige

0
43

« Snow » de Danielle Paige édité chez Milan est un livre de 300 pages destiné à un public dès 14 ans. Écrivaine américaine, elle n’en est pas à son premier roman et le succès de « Dorothy must die » a été particulièrement apprécié dans son pays. Littérature ado, on est dans un registre fantastique que l’on a détourné vers le conte.

Snow Yardlez a 17 ans, elle est internée en hôpital psychiatrique depuis 11 ans. Alors qu’elle y a passé toute son enfance, ses colères glaçantes paralysent les autres, elle n’a de yeux que pour Bale, lui aussi interné. Contrairement à elle, Bale est attiré par le feu. Deux personnages dont les éléments opposent, vivent dans le milieu psychiatrique au rythme des médocs et des séries télévisées. Troublée par certains de ses comportements anormaux, le soir où son ami Bale est enlevé, Snow suit un jeune homme qui l’a conduit à une passerelle pour rejoindre un univers différent de son cadre de vie.

Princesse d’un monde totalement glacé, les récits sur sa prophétie la laisse dubitative, mais elle décide malgré tout de mener sa propre quête dans le but de délivrer son ami Bale. Il est retenu par le père de Snow, un roi tyrannique qui gèle tous ceux qui osent l’atteindre.

Une lecture très spéciale, qui nous décrit l’univers hospitalier en milieu psychiatrique pour être ensuite projeté dans un univers magique, glacial. Les créatures des neiges persécutent la population et les gèlent sur place. Véritable nature morte, le royaume de Snow est constitué de personnage aux pouvoirs magiques. Des alliances pas toujours saines afin de lui permettre d’aller jusqu’au bout de sa démarche.

Entre vie réelle et monde étrange, la vie de Snow bat la mesure entre vérité et mensonge. J’ai été très attirée au départ par la couverture et le résumé, cependant ma lecture s’est avérée décevante. J’étais dans l’optique d’un thriller jeunesse or j’ai fini dans un conte avec un épilogue qui a débouché sur une fin ouverte. One shot ou peut-être premier tome d’une série, je ne saurai vous dire. La protagoniste a d’ailleurs contribué à cette déception. Personnage capricieux, dépourvu d’empathie, elle n’a été ni touchée par l’univers dans lequel elle est projetée, ni par les rencontres. Les répliques sarcastiques m’ont agacé et son impatience a fini par donner une touche redondante.

Une belle couverture, un résumé prometteur, cependant ma lecture n’a pas été convaincante ni à la hauteur de mes attentes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.