July 20, 2018

Sonic Boom : Le Feu et la Glace

C’est de notoriété publique : la licence Sonic est à l’agonie, voire carrément morte cliniquement. Comme si cela ne suffisait pas, les développeurs semblent bien décidés à mutiler la carcasse encore chaude du plus célèbre hérisson du monde. Avec Sonic Boom sur Wii U, on avait atteint le summum de la honte, le titre n’étant qu’à peu près sauvé par un épisode 3DS à peu près correct. Sonic Boom : Le Feu et la Glace est sa suite directe, et tente de redorer légèrement le blason du héros de SEGA pour ses 25 ans, en attendant l’arrivée du très attendu Sonic Mania.

Fine équipe

Sonic Boom : Le Feu et la Glace prend la forme d’un jeu de plateformes à l’ancienne, en vue 2D avec scrolling vertical. On y incarne bien évidemment Sonic, mais aussi d’autres personnages forts de la saga comme Tails, Knuckles, Sticks ou encore Amy. Le concept du jeu repose sur une complémentarité entre les personnages, entre lesquels on peut switcher à tout moment, chacun disposant des compétences qui lui sont propres. Sonic a bien évidemment sa vitesse, tandis que les autres personnages peuvent respectivement planer, creuser, utiliser des boomerangs ou fracasser tout avec un gigantesque marteau.

L’autre particularité du gameplay repose dans l’utilisation du feu et de la glace, comme l’indique le titre. Chaque personnage est équipé d’une sorte d’aura élémentaire, et il est possible là aussi de basculer entre la chaleur et le froid d’une simple pression sur les gâchettes de la console. L’idée va donc être d’utiliser le bon personnage, équipé du bon pouvoir, au moment adéquat. Si cela est facile dans les phases calmes, la situation se complique un peu lorsque la vitesse des jeux estampillés Sonic entre en compte, les réflexes étant alors mis à rude épreuve. Le concept est intéressant, on se rend compte que le jeu tourne très vite en rond. Certes, les environnements diffèrent, c’est avant tout esthétique et les évolutions en termes de gameplay sont bien trop minimes. C’est dommage, car Sanzaru Games réussit à proposer une expérience nerveuse comme on les aime.

Enfin, un petit mot sur la partie technique du soft. Le moteur utilisé est le même que celui de l’épisode précédent. Sans êtres dingues, les graphismes sont assez corrects et font le boulot. La bande-son est pour sa part assez sympas, avec des musiques correctes et un doublage français qui l’est tout autant.

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité