September 26, 2018

Steep, l’éclate dans la poudreuse

Les amateurs de poudreuse étaient quelque peu en manque de sensations vidéoludiques, alors que la sortie de SSX commence à dater. Se sentant sans doute investi d’une mission, les studios d’Ubisoft Annecy ont réussi à convaincre les décideurs de valider le développement de Steep, véritable ode au freeride et aux sensations fortes. S’il est plein de promesses, que vaut véritablement le jeu manette en mains ? Réponse dans ce test complet.

Escapade dans les Alpes

Qui de meilleur que les développeurs du studio français pour nous proposer une expérience de glisse de qualité ? La plupart des gens qui bossent dans la boîte sont eux-mêmes de grands amateurs de sensations fortes planches aux pieds ce qui est, c’est un fait, la pierre angulaire du projet. Les développeurs savent exactement les sensations ressenties sur les pistes, et ont donc un but minimum à atteindre avant d’essayer de voir encore plus loin.

Pour leur terrain de jeu virtuel, les gens d’Ubisoft Annecy ont choisi de conserver celui qu’ils côtoient au quotidien dans la ville réelle. Ils ont donc modélisé totalement les Alpes, dans une version qui n’est pas exactement fidèle à la réalité mais qui en conserve ses caractéristiques principales. On retrouve ainsi les pics les plus célèbres (coucou le Mont Blanc) mais aussi des villages emblématiques, bien connus des montagnards. Les Alpes sont modélisées ici de façon complètement sauvage et, hormis les quelques habitations, aucune piste pré-tracée n’est présente. La liberté est le maître-mot du jeu, et c’est au joueur de laisser sa trace.

Le sentiment de liberté est absolument total grâce aux possibilités offertes par le jeu. S’il est possible dans un premier temps de se balader à pieds dans la montagne (ce qui peut être pratique pour atteindre certains endroits autrement impossibles à rejoindre), il faut très rapidement opter pour un mode de transport. À tout moment, d’une simple pression sur une touche, il est possible de basculer de l’un à l’autre, sans autre contrainte. On a ainsi droit au ski et au snowboard, pour lesquels les gameplay sont plus ou moins identiques, mais également à du wingsuit (vous savez, ces costumes façon écureuil-volant qui propose de planer à haute vitesse à flanc de falaise) ou du parapente. Ce dernier, beaucoup plus « détente » que les autres, est toutefois extrêmement utile pour découvrir des spots incroyables dans des portions de montagne auxquelles on n’aurait pas accès autrement).

L’évasion sans le prix des vacances

Chaque pic disponible sur les montagnes est ainsi le point de départ de plusieurs épreuves, nous demandant d’alterner entre tous ces gameplay différents. Chacune est classée avec un niveau de difficulté, des objectifs à atteindre pour récolter des médailles de bronze, argent ou or, des classements pour se comparer à ses amis et au reste du monde, etc. Les épreuves sont très bonnes, et notamment les « histoires de la montagne » qui nous proposent de découvrir des spots totalement dingues, avec une voix off nous faisant découvrir les lieux.

Ce qui fait de Steep une évidence toutefois, plus que ses épreuves, c’est le sentiment de liberté que l’on a en dévalant la montagne de son point le plus haut, jusqu’en bas, sans vraiment réfléchir à ce que l’on fait. Les sensations sont réellement incroyables, et on a vraiment l’impression d’y être. Un petit conseil si vous achetez le jeu : essayer de mettre rapidement de l’argent de côté parce que cela va vous filer une furieuse envie de partir une petite semaine à la montagne pour foncer dans la poudreuse, pour de vrai. Comme dans les dernières productions Ubisoft, le solo et le multi se confondent de façon totalement fluide, et il est possible à tout moment de rejoindre un groupe d’amis, de se faire rejoindre par un pote, ou simplement de croiser des joueurs lambda dans un coin de la map et décider de passer un bout de temps ensemble. Les sensations de ride à plusieurs sont encore meilleures !

Ce ressenti est renforcé par une réalisation graphique qui est impressionnante. La montagne est modélisée à la perfection, et certains points de vue sont tout simplement incroyables. Le jeu gérant le cycle jour-nuit et la météo, on se plait parfois à ne rien faire, posé simplement au sommet d’une montagne pour assister au lever de soleil par temps dégagé. Vraiment, c’est bluffant. Tout est fait également pour que les sensations passent par les bruitages, qui nous donnent vraiment le sentiment d’y être. Le bruit de la neige qui crisse sous nos pas ou sur le passage de notre planche est bien évidemment au centre des attentions, mais pas uniquement. La wingsuit propose des sensations décuplées par un sentiment de vitesse bluffant, qui se transmet entre autres via le son. Frôler les éléments du décor à toute blinde procurer une adrénaline incroyable. Enfin, les musiques de la bande-son du jeu sont très bien choisies et rythment parfaitement les descentes.

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité