Tout lancement de console réussi doit se faire avec quelques classiques. Un petit jeu de plate-forme par ici, un shooter par là, un ou deux jeux de sport et un jeu de course. Pour remplir cette dernière case, Playstation 5 et Xbox Series X peuvent compter sur DiRT 5 qui, après avoir débarqué sur la précédente génération, arrive également sur les petites dernières. Attachez vos ceintures, on embarque pour ce test sans plus tarder. 

Changement d’ambiance pour ce nouvel épisode de la saga DiRT. Alors que les précédents opus nous avaient habitué à une certaine rigueur, voire froideur, les développeurs de Codemasters se lancent ici dans une toute autre direction : celui du flashy et de l’arcade, ce qui n’est pas pour déplaire votre honorable serviteur, pas bien habile quand il s’agit de conduire avec douceur et précaution. 

Sans plus attendre, on plonge dans la carrière très conséquente de ce DiRT 5, qui va nous proposer de prendre part à une pelleté d’épreuves différentes. Du très classique rally rush en passant par les courses sur glace ou le plus original pathfinder qui nous demande de gravir des pistes escarpées, le jeu de Codemasters nous accompagne dans une succession d’épreuves denses et bien pensées. On aurait toutefois aimé que le mode Carrière nous propose un peu plus d’originalité. Ici, les développeurs ne nous proposent malheureusement qu’une succession de défis à la difficulté assez constante, chaque course ne servant au final qu’à débloquer la suivante. C’est un peu dommage, et on aurait aimé que les développeurs prennent un petit risque ici pour nous sortir des sentiers battus. 

La seule véritable surprise faite par les équipes réside donc dans le gameplay complètement repensé de ce nouvel épisode. Comme on le disait un peu plus haut, ce DiRT 5 prend totalement le parti de l’arcade, là où ses aînés ont toujours eu du mal à se positionner, virant tantôt vers la simu, tantôt vers l’arcade. Concrètement, c’est pied au plancher sur la plupart des circuits, la prise de risque étant récompensée au maximum. De très nombreuses épreuves nous mettent à la lutte avec les concurrents, et il va y avoir un peu de tôle froisée tant on passe son temps à jouer des coudes. Enfin, quand on vous parle de tôle froissée, c’est une image. Ici en effet, pas de gestion des dégâts comme on est habitués à en voir dans tout jeu de rallye qui se respecte. Oubliez donc la gestion des pannes matériels, et foncez dans le tas ! C’est très différent ce qu’on a été habitué à voir dans la saga mais on a apprécié. 

Si ce DiRT 5 nous a particulièrement plu toutefois, c’est surtout grâce au travail de Codemasters pour nous proposer une version PlayStation 5 de grande qualité visuelle, bien supérieure à ce que les versions PS4 et Xbox One peuvent afficher. On aime beaucoup certains effets présents, Ray Tracing et ses effets de réverbération en tête. On s’est également régalé devant les tempêtes de sable du désert ou les circuits sur glace, de toute beauté ! L’une des nouveautés PS5 également, c’est la gestion des gâchettes de la DualSense. On prend un pied monstre à sentir la route sous nos roues grâce à elles, c’est vraiment très, très bien foutu. Côté son, on retrouve également de bonnes sensations, notamment sur les moteurs bien retranscrits. Les speakers, avec les voix en Français, sont également plutôt sympa pour créer une petite ambiance. 

Au final, la PS5 tient son premier vrai bon jeu de course arcade avec DiRT 5. S’il ne révolutionne pas la face du monde et se contente de faire les choses de manière assez facile, il propose un contenu suffisamment dense et intéressant pour que tout fan du genre soit satisfait. Cette version next gen propose par ailleurs un vrai gap, visuel mais également dans le ressenti grâce aux gâchettes de la Dual Sense, qui justifie que l’achat soit fait sur cette nouvelle console. On recommande ! 

Dirt 5 Limited Edition (PS5)

Price: ---

0 used & new available from

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.