TEST – NBA 2K20, retour sur les parquets

Il est difficile pour le leader incontesté d’une discipline de rester au sommet lorsque la concurrence ne parvient pas à s’aligner. Pourtant, d’année en année, les développeurs de la licence NBA 2K parviennent à repousser leurs limites, en proposant aux fans de basket la simulation parfaite. Sur le papier, ce NBA 2K20 ne semble pas déroger à la règle. On décortique tout ça. 

Cette année encore, les développeurs de 2K ont mis les petits plats dans les grands pour proposer aux amateurs de basketball un épisode extrêmement fourni, aussi bien en termes de contenu que de possibilité de gameplay. Tout au long de la campagne promotionnelle du titre, c’est via le mode My Career que s’est dévoilé le jeu. C’est donc tout naturellement qu’on s’est orienté vers celui-ci afin de voir si les promesses sont tenues. 

Idriss Elba et moi

On a commencé par créer notre personnage via l’éditeur super-puissant du soft. On a essayé d’importer notre visage après avoir passé un bon petit moment à se prendre en photo sur notre smartphone via l’application dédiée, mais le rendu a tout bonnement été horrible. On est donc passés via les canaux plus classiques pour créer notre avatar, pour un rendu vraiment plaisant. Puis on plonge dans le grand bain. C’est la société de LeBron James, SpringHill Entertainement, qui signe cette campagne scénarisée, et le King aurait apporté toute son expérience pour la rendre la plus immersive possible. On y incarne “Che”, un jeune talent universitaire qui tente de se faire sa place pour rejoindre la prestigieuse NBA. Amoureux de la révolte – d’où son surnom – Che va faire découvrir aux joueurs certains thèmes forts comme les blessures dans le monde professionnel, les contrats, les agents, les médias, j’en passe et des meilleurs. En gros, du basket, mais également toutes les coulisses de cette économie parmi les plus lucratives au monde. 

On retrouve durant l’aventure de très nombreux personnages, comme l’excellent Idriss Elba (acteur principal de la série Luther) ou Rosario Dawson (dont la carrière d’actrice a pas mal évolué, de Sin City à Daredevil). Plusieurs joueurs sont également présents dans le casting, comme LeBron James ou Kemba Walker, pour ne citer qu’eux. Tout cela aboutit à une aventure solo vraiment intéressante, bien qu’aux résultats un peu trop linéaires (réaliser une très mauvaise Summer League ou Draft Combine ne changera rien à la draft, par exemple). L’illusion du choix et d’une évolution dynamique est toutefois bel et bien présent, et c’est peut-être tout ce que l’on recherche finalement. 

La vérité des parquets

Le mode My Career revu et corrigé n’est bien évidemment pas la seule chose que les développeurs ont amélioré dans cet opus. Comme toujours, le gameplay a été affiné, et propose toujours plus de possibilités. Peut-être même un peu trop, diront certains, puisque ce NBA 2K20 est toujours plus difficile à aborder pour les néophytes. Malgré quelques nouvelles informations visuelles présentes en plus (cercle sous les pieds du porteur de balle qui change au moment le plus propice à l’interception, jauge de shoot de l’adversaire, pourcentage de réussit au tir sous chaque joueur), le titre reste très difficile à prendre en main et il va falloir passer pas mal de temps dans le mode Entrainement pour pouvoir dompter la bête. 

La faute en partie à un gameplay encore davantage tourné vers la défense, cette année, et qui vient donc mettre une grosse bâche à ceux qui rêvaient de dunks faciles ou de tirs à trois points téléguidés. L’IA est une véritable brute défensive, adepte du double marquage, et va vous faire vous énerver plus d’une fois à base d’interceptions bien senties. Les contre-attaques sont rageuses, chaque erreur de placement se paie au prix fort. Plus que jamais, la patience est de mise, et il est nécessaire de construire parfaitement ses actions, aussi bien en attaque qu’en défense ! C’est vraiment appréciable pour les puristes du basket, mais les joueurs un peu plus novices – dont je fais malheureusement partie – seront sans doute un peu frustrés de ne pas pouvoir prendre plus de plaisir immédiat. 

NBA 2K20 continue sur la lancée de ses aînés. Sans aucune concurrence solide, le titre de 2K Sports peut continuer de solidifier ses acquis, en proposant un contenu toujours plus riche et un gameplay peaufiné d’année en année. Malgré quelques ajouts visuels venus simplifier certains points, 2K20 reste extrêmement technique et nécessite une bonne dose d’entraînement avant de révéler son plein potentiel. Reste à savoir si vous êtes du genre à vouloir suer au gymnase pour pouvoir briller ensuite, ou si le travail vous rebute. Si vous faites partie de la première catégorie, alors vous découvrirez un des meilleurs jeux de sport jamais créé. Et croyez-nous, ça en vaut la peine ! 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.