May 23, 2018

TEST – Pure Farming 2018

Farming Simulator fait partie des mastodontes assez improbables du jeu vidéo depuis quelques années désormais. Attirés par le succès incroyable de la saga, d’autres développeurs et éditeurs n’hésitent pas à se lancer dans la partie pour tenter de s’approprier leur part du gâteau. Nous découvrons aujourd’hui Pure Farming 2018. On a enfilé notre plus belle chemise à carreaux rien que pour vous, et on vous dit tout.

L’amour est dans le pré ?

Après avoir personnalisé rapidement notre beau fermier – premier scandale à l’heure de l’égalité des sexes, il n’est pas possible de créer une fermière – on se lance sans attendre dans le mode « Ma première ferme » qui va servir de tuto scénarisé, avant de pouvoir créer une partie totalement libre en mode bac à sable. L’idée est ici de récupérer l’héritage familial au décès de votre grand-père : une exploitation agricole dans le Montana. La ferme croule sous les dettes, et vous vous sentez investi d’une mission importante : la sauver de la ruine.

Les premiers instants sont compliqués. Compliqués pour nos rétines, déjà. En termes de réalisation, le titre est à des années lumières de ce que nous sommes en droit d’attendre en 2018. On découvre un personnage animé avec les pieds, évoluant dans un environnement qui scintille de toute part. Les éléments du décors sont ultra basiques et dignes, tout au mieux, de la précédente génération de consoles. Les textures sont pauvres, le clipping est omniprésent, et il n’y a que la modélisation des véhicules sous licence officielle (Zetor, Landini, McCormick, Gregoire, DAF, Mitsubishi, etc.) qui viennent – légèrement – compenser. Pour en rajouter, notons que les temps de chargement sont extrêmement longs. Bon…

Purge Farming

D’un point de vue du gameplay, on retrouve tous les aspects qui font que les journées des agriculteurs sont bien chargées. Semer, récolter céréales, pommes de terres et autres joyeusetés du genre, élever son bétail pour obtenir la meilleure viande possible, vendre ses ressources pour tenter de parvenir – au minimum – à un équilibre dans les comptes, etc. Concrètement, on a du mal à trouver un véritable aspect ludique à Pure Farming 2018, mais Farming Simulator ne nous pas enchanté davantage sur ce point.

Pour les fans du genre, les possibilités restent très nombreuses, notamment du fait de la variété des environnements. Beaucoup de choses changent que l’on évolue dans le Montana, en Italie, en Colombie ou Japon, et notamment le matériel utilisé. On peut ainsi découvrir des machines telles que des repiqueuses à riz ou des moissonneuses de chanvre.

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité