June 25, 2018

TEST – Scribblenauts Showdown

S’il ne figure sans doute pas parmi les plus gros titres attendus pour ce mois de mars pour de très nombreux joueurs, Scribblenauts Showdown tente de percer et d’offrir aux joueurs à la recherche d’un party game une alternative aux grands cadors du genre. Nous avons pu tester la version PlayStation 4 du jeu, également disponible sur Xbox One et Nintendo Switch. L’aventure vaut-elle le détour ? Réponse dans ce test complet.

A vos mots. Prêts. Jouez !

Scribblenauts Showdown se présente comme un mélange entre jeu vidéo et jeu de plateau, un mix « entre le Jeu de l’oie et le Mille Bornes« , pour reprendre les mots des développeurs. Le mode de jeu principal propose ainsi de se lancer dans un jeu de plateau, entre amis, pour des parties dont la durée moyenne est à définir en début de jeu – comptez un petit quart d’heure pour les plus courtes.

Au début de chaque tour, le joueur pioche une carte aux caractéristiques différentes : avancer de trois cases, piocher deux cartes, échanger son jeu avec celui d’un adversaire, faire reculer un joueur d’une case, etc. Si certaines d’entre elles proposent un effet immédiat, d’autres – les plus intéressantes – lancent un mini-jeu ; le gagnant bénéficie alors de l’effet de la carte.

Les mini-jeux sont décomposés en deux grandes familles : les jeux de rapidité, et ceux de créativité. Les premiers sont extrêmement basiques et demandent, par exemple, de secouer la manette comme un dératé pour l’emporter. Pas bien compliqués, ils ont le mérite de procurer une expérience immédiate et sans trop de réflexion. Les seconds proposent des règles un peu plus complexes et demandent un peu plus de maîtrise. Dans l’ensemble, le premier essai sur chaque mini-jeu est toujours un peu compliqué et on prend beaucoup plus de plaisir au second round.

Dessine-moi un mouton

Si Scribblenauts Showdown est avant tout un party game, il n’oublie pas d’où il vient et continue de proposer à jouer avec les mots, comme ses aînés avant lui. Dans certains mini-jeux, le titre propose ainsi un thème et propose aux joueurs de créer leur personnage, leur monture ou leur engin en fonction de celui-ci. Par exemple, lors d’une course, nous avons du du choisir notre fidèle destrier, en commençant par la lettre R. L’un est parti sur un rhinocéros, l’autre sur un rossignol. Cela ne change strictement rien à la partie en elle-même, mais la personnalisation est vraiment intéressante. D’autant plus que le jeu propose un vocabulaire très riche, composé de 30.000 mots différents. Il y a de quoi voir venir.

En plus de ce mode principal, et d’un mode Duel dans lequel on se lance dans une partie rapide composée d’une simple succession de mini-jeux, il est également possible d’opter pour le mode Bac à sable. Celui-ci pioche davantage dans les racines de la série, en proposant des tableaux variés, dans lesquels il va falloir résoudre des énigmes. Pour cela, rien de plus : il va falloir créer ! Vous vous baladez dans un zoo et un animal semble avoir faim ? Tentez d’écrire « steak » et empochez la récompense ! Un pirate ne parvient pas à s’emparer du contenu de son coffre ? Placez-vous devant son trésor, et ajoutez-lui l’adjectif « ouvert » pour que le butin soit à lui. Au total, une dizaine de tableaux différents sont de la partie et proposent de plonger, chacun, dans un univers différent.

Que ce soit dans un mode ou dans l’autre, ce qui nous a charmé dans Scribblenauts Showdown, comme ce fut le cas par le passé avec les autres épisodes de la série, est la palette graphique du titre. Esthétiquement, les développeurs de chez Shiver Entertainment – dont c’est le premier jeu, même si l’équipe est composée de quelques têtes connues dans l’industrie comme John Schappert ou Jason Andersen – ont fait un boulot incroyable en conservant cette touche si particulière qui plait tant. Le design des personnages, animaux et autres éléments du décor sont magnifiques, dans des tons colorés du plus bel effet. On A-DO-RE.

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité