The Big Book of Madness et son extension, le Vème Élément

Il y a des jeux véritablement méritants dont nous n’avons pourtant pas (encore) eu l’occasion de vous parler ! Indéniablement, The Big Book of Madness est un de ceux-là. Edité fin 2015 par Iello, il s’enrichit aujourd’hui d’une extension et c’était donc l’occasion rêvée de réparer nos errements en vous en présentant l’ensemble ! Suivez le guide (et n’oubliez pas vos baguettes magiques)…

Lorsque vous avez intégré l’Elementary College, vous aviez des rêves plein la tête. Vous vous imaginiez déjà lancer de puissants sorts, maîtriser les éléments, faire disparaître des objets (ou des condisciples), bref, vous vous imaginiez devenir rapidement le fameux magicien que vous vous savez destiné à être. Seulement voilà, après une année entière de cours, vous vous morfondez… En guise de potions, les seules préparations que l’on vous autorise à réaliser sont les soupes qui sont servies à la cantine et vous n’avez pour l’instant réussi à faire disparaître personne. C’est bien simple, votre plus haut fait d’armes consiste à avoir fait jaillir deux pauvres étincelles d’un morceau de bois tordu… Décidément, rien ne se passe comme vous l’espériez et pourtant, l’Elementary College est l’école de magie la plus réputée du pays ! Et cette réputation, elle la tient surtout de sa bibliothèque dont on murmure qu’elle renferme le Big Book of Madness, un grimoire aussi mystérieux que dangereux. Las d’attendre votre destinée, vous convainquez quelques amis de vous accompagner de nuit dans la bibliothèque interdite mais vous réalisez bien vite votre erreur… Et si le Big Book of Madness était en réalité une prison de papier renfermant les plus dangereux monstres magiques du Royaume…

Un magicien désobéissant ne va pas au coin, il va dans l’antichambre des monstres

The Big Book of Madness est donc un jeu coopératif dans lequel les joueurs incarnent des jeunes étudiants stupides téméraires qui vont devoir réparer leur erreur en combattant les monstres qu’ils viennent de libérer d’un livre maudit. Plus facile à dire qu’à faire… Pour remporter la partie, les apprentis magiciens devront réussir à refermer les six pages du livres (comprenez combattre, idéalement victorieusement, six monstres) sans avoir complètement sombré dans la folie.

Le jeu se présente comme une véritable course contre la montre lors de laquelle les joueurs vont tenter d’annuler les malédictions du monstre en jeu avant que celui-ci n’ait eu le temps de les déclencher. Pour y parvenir, ils vont avoir à leur disposition tout un panel d’actions comme se soigner, lancer un sortilège, détruire une malédiction, apprendre des sorts plus puissants, etc. Le problème : chacune d’entre elles nécessitera une série d’éléments (eau, terre, feu et air) qui ne sont malheureusement pas inépuisables.

Un jeu à l’image de Merlin… enchanteur

Très clairement et en tous points, The Big Book of Madness fut une très belle surprise ! Déjà, il est esthétiquement très engageant et les superbes illustrations signées Naïade nous embarquent immédiatement dans le thème. C’est joli et soigné, ce qui donne envie d’y jouer avant même d’avoir découvert les règles. Ensuite, la mécanique de jeu est bien huilée et sans être trop complexe, le jeu dispose d’une belle profondeur. Enfin, et surtout, The Big Book of Madness est un jeu équilibré, une qualité essentielle dans les jeux coopératifs. Ici, les joueurs ne viendront pas facilement à bout de la quête qui leur est proposée mais le jeu n’en est pour autant pas impossible. Il demandera aux joueurs un véritable travail d’équipe et une concertation de tous les instants s’ils veulent espérer triompher des monstres qu’ils ont eu la bêtise de libérer…

Et la matière noire fut…

Nous le disions en préambule, The Big Book of Madness s’est très récemment enrichi d’une extension : le Vème élément. Sous ce nom mystérieux se cache en réalité la matière noire, un cinquième élément redouté même par les magiciens les plus puissants et qui préfèrent donc en taire l’existence. Pourtant, à peine le grimoire maudit refermé, c’est bien cette étrange et visqueuse matière qui se met à suinter des reliures. Vous pensiez en avoir fini avec ce livre de malheur mais un nouveau combat s’engage et il s’annonce d’autant plus compliqué qu’il va jouer sur vos peurs les plus intimes.

Cette première extension pour The Big Book of Madness introduit donc un nouvel élément, plus volatile et plus dangereux que les quatre précédents mais ô combien nécessaire pour utiliser les sorts du puissant livre noir et pour vaincre les nouveaux monstres qui font leur apparition. Mais ce n’est pas tout, en plus de lutter contre la folie, il va désormais vous falloir combattre vos peurs car l’extension introduit des phobies qui affligeront les joueurs de façon permanente. Imaginez par exemple être au cœur d’un combat et souffrir tout à coup de pyrophobie, voilà qui vous handicaperait lourdement dans l’utilisation de sortilèges nécessitant du feu, non ?

Sans aucun doute possible, Le Vème élément se révèle un parfait complément au jeu de base. Il introduit deux modules (la matière noire et les phobies) pouvant être joués ensemble ou séparément et enrichit le jeu de nouveaux magiciens, de nouveaux monstres, de nouvelles malédictions et on en passe. Tout en ajoutant encore un peu de profondeur à The Big Book of Madness, l’extension le Vème élément n’en menace pas la fluidité et en rehausse même l’intensité. Elle permet en outre d’ajouter de la diversité aux parties et fusionnera très vite avec le jeu de base. Tout ça pour un prix particulièrement modique…

The Big Book of Madness est un jeu de Maxime Rambourg, illustré par Naïade et édité par Iello.

Nombre de joueurs : 2 à 5

Âge : dès 12 ans

Durée moyenne d’une partie : 60 à 90 minutes

Acheter The Big Book of Madness : 31,90 €

Acheter The Big Book of Madness – Extension le Vème élément : 13,50 €

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.