September 25, 2018

The King of Fighters XIV (KOF XIV), le test PS4

Le jeu de baston retrouve petit à petit son luxe d’antan. Alors que Street Fighter V voit son contenu progressivement étoffé après une arrivée assez laborieuse, un nouveau challenger fait son apparition, bien décidé à tirer la couverture à lui et accaparer le titre de meilleur jeu de combat du moment. The King of Fighters XIV (KOF XIV) a de hautes ambitions. Le travail des développeurs est-il suffisant pour prendre son pied une fois le pad en mains ?

KOF XIV : new challenger incoming

A l’image de SFV de CapcomKOF XIV est lui aussi une exclusivité PlayStation 4. Si vous avez envie de vous tataner avec vos potes, il faudra donc impérativement faire l’acquisition de la console de Sony, pas le choix ! Pour rester dans le thème et glisser l’info de suite, sachez également que les sticks arcade PS3 seront bien compatibles avec le titre par le biais d’un patch disponible dès le lancement du jeu, ce qui évitera aux possesseurs desdits accessoires de craquer pour en acheter un nouveau. Bonne nouvelle donc !

Plongeons désormais dans le jeu en lui-même qui est, autant le dire tout de suite, très intéressant pour les fans de baston. Cette notion de fan du genre va être en revanche très importante puisque, selon le type de joueur que vous êtes, le ressenti que vous risquez d’avoir sur le jeu pourrait être radicalement opposé. Pourquoi ? Simplement car KOF XIV mise tout sur son gameplay, véritablement intéressant, au détriment de trop nombreux aspects « annexes ».

Esthétiquement tout d’abord, le jeu accuse pas mal de retard par rapport à la concurrence, Street Fighter et son nouveau look en tête. Si les différents environnements dans lesquels vous allez vous battre sont tous assez sympas, les modèles 3D des combattants sont pour leur part un peu en-dessous. Rien d’horrible, mais vraiment pas de quoi s’enthousiasmer outre mesure, ce qui est quand même dommage. On se retrouve avec des personnages beaucoup trop lisses, aux détails bâclés ou simplement loupés, et on aurait aimé beaucoup plus de boulot à ce niveau. C’est d’autant plus dommage que, avec son casting d’une cinquantaine de persos, KOF XIV a largement de quoi offrir un panel intéressant, tant sur le plan du gameplay (on y reviendra) que des graphismes.

Un jeu pour les puristes

En termes de contenu et de modes de jeu, le jeu de SNK est là aussi assez limité. En plus d’un Survival on ne peut plus basique, le titre nous offre la possibilité de plonger dans un mode Histoire qui n’en est pas réellement un. Celui-ci en effet ne propose qu’un enchaînement de combats sans grand intérêt, ponctué de quelques cutscenes et punchlines assez grotesques. A l’heure où les joueurs sont habitués à avoir un minimum de scénario, peu importe le type de jeu, cela dénote quelque peu. Ajoutez à tout cela un mode Versus et un mode Online, et c’est grosso modo tout ce à quoi vous aurez droit. Autant de « détails » qui pourraient rebuter le joueur lambda, là où le fan de baston se contentera de poncer le jeu sur les modes présents, contre ses potes ou en ligne.

Pour les fans de combats, KOF XIV est ainsi un vrai petit bijou. Le gameplay est toujours aussi excellent. Les enchaînements, faits de combos courts auxquels s’ajoutent des attaques magiques bien souvent, sont vraiment passionnants dans leur apprentissage. Les néophytes ne seront pas en reste avec des coups de bases assez simples à sortir et qui permettent de s’amuser assez rapidement. « Easy to learn, hard to master« , comme d’hab. Notre petit coup de coeur perso revient toujours à la possibilité de faire des combats en équipes, avec des trios qui s’affrontent. Les bastons en 3 vs 3 sont toujours aussi sympas et spectaculaires, notamment lorsque les coups les plus puissants – et visuellement bluffants – commencent à pleuvoir !

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité