September 25, 2018

The Talos Principle

Il y a un peu moins d’un an, les développeurs de Croteam surprenaient leur monde en lançant sur PC l’excellent The Talos Principle. Habitués des FPS bourrins et bas du front, avec Serious Sam, la série qui les a fait connaître, les développeurs ont radicalement changé et sont sortis de leur zone de confort en proposant un jeu de réflexion/plates-formes dans la veine de Portal, véritable référence du genre. En ce mois d’octobre 2015, les joueurs PS4 vont pouvoir eux aussi mettre leurs méninges à rude épreuve puisque le titre vient de voir le jour sur la console de Sony, dans une version Deluxe comprenant le jeu original et l’extension « Road to Gehenna ».

Casse-tête antique

The Talos Principle débute sans aucune explication, et nous glisse dans la « peau » de ce qui semble être un robot. Autour de nous, des ruines antiques, un drôle de monde à la fois ancien et futuriste. Qui est-on ? Que fait-on là ? Et puis tout à coup cette voix, puissante. C’est celle d’Elohim – littéralement « Dieu » en hébreu – qui semble être notre créateur. Il nous dit que ce monde est le sien, mais le nôtre à la fois, et que nous allons devoir accomplir différentes missions pour parvenir à l’immortalité. Ces missions, ce sont en fait autant d’énigmes à résoudre, des casse-têtes plus ou moins pointus nous permettant de récupérer des Sigils, d’étranges blocs similaires à ceux du jeu Tetris.

Les épreuves sont réellement intéressantes et leur difficulté va crescendo. On sort des premiers salles en quelques secondes puis, au fil des énigmes, on se rend compte que l’on passe de plus en plus de temps pour essayer de comprendre la logique, d’avancer pour tester, de recommencer, … Différents instruments sont inclus dans les énigmes : si tout commence avec un simple brouilleur permettant de neutraliser barrières électriques, caméras et autres drones, le jeu inclut progressivement de nouveaux éléments. Crystal permettant de dévier un rayon laser, cubes, ventilateurs, clone du joueur pour des énigmes demandant plus de bras. Chaque salle propose ensuite de s’en sortir en se servant d’un de ces éléments, voire de les combiner quand le tout se complique un peu. Clairement, on se triture parfois les méninges pendant de très longues minutes et le sentiment de satisfaction, d’accomplissement qui se dégage après avoir résolu une énigme est un vrai plaisir.

The Talos Principle est par ailleurs un jeu qui n’est pas dirigiste, puisqu’il est possible de réaliser les épreuves dans l’ordre de son choix – avec quelques limites tout de même. On peut donc tout à fait tenter une épreuve, ne pas la réussir parce que la logique nous échappe et s’orienter vers une autre. En revenant plus tard, il n’est d’ailleurs pas rare de réussir l’énigme du premier coup. Repartir de zéro peut parfois être la meilleure des solutions pour s’en sortir.

Le principe de Talos

Mais au-delà de cet aspect purement casse-têtes, c’est par le biais de son univers que The Talos Principle excelle. Tout au long de l’aventure, on ne demande qu’à en découvrir plus pour essayer de comprendre où l’on est, ce qu’il se passe. La relation avec Elohim, mais aussi celle avec une autre entité avec qui l’on converse par le biais des terminaux éparpillés dans le monde, est juste incroyable et nous remet en question à tout instant. Dès le début, lorsque ces ordinateurs nous proposent de réinitialiser notre compte utilisateur et de répondre à des questions pour prouver que l’on n’est pas un robot (alors que, concrètement, le joueur en incarne un), on comprend que cette notion va être importante. Le titre de Croteam amène à énormément de réflexion, de discussion sur le principe de l’intelligence artificielle, à des raisonnements sur le principe même de confiance, d’Humanité.

Aussi bien par des réflexions qui sont propres aux développeurs que par des citations d’oeuvres philosophiques, The Talos Principle nous propose une véritable introspection sur la nature humaine, mais aussi sur notre place sur Terre, sur l’au-delà, « l’après la mort » et des thèmes qui sont liés. Des thèmes très forts et complètement captivants, pour peu que l’on soit un minimum réceptif et intéressé par le sujet.

« L’être humain croira toujours que plus le robot paraît humain, plus il est avancé, complexe et intelligent. » – Isaac Asimov, Les robots de l’aube

Au delà de cela, The Talos Principle est une véritable réussite d’un point de vue purement technique. Graphiquement, Croteam a fourni un travail remarquable, et les environnements sont juste magnifiques. Qu’il s’agisse de l’Empire Romain, de l’Egypte Antique ou du Moyen-Âge (les trois univers disponibles), le titre se veut ultra contemplatif et on prend un plaisir non dissimulé à s’arrêter et simplement apprécier le boulot des artistes. La PlayStation 4 fait admirablement bien le travail, comme bien souvent. D’un point de vue sonore, le jeu n’est pas en reste avec des voix françaises réussies et des bruitages de qualité, qui créent une vraie atmosphère.

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité