Une sorcière à la cour, de Philippe Madral

Jusque-là, c’était à quatre mains que Philippe Madral s’était essayé aux romans historiques. C’est en effet en compagnie de François Migeat qu’il a signé Et ton nom sera Vercingétorix en 2006 puis L’Espion du pape en 2009. Près de dix ans plus tard, c’est seul qu’il propose un nouveau roman nous plongeant dans l’histoire de France. Avec Une sorcière à la cour, l’écrivain parisien et les Editions JC Lattès nous invitent à la fin du 17ème siècle, dans un Paris qui vit dans l’ombre du Roi Soleil et est en proie à la terrible Affaire des Poisons…

Paris, 1676. Le lieutenant général de police Nicolas de La Reynie assiste à l’exécution publique de la Marquise de Brinvilliers dans un mélange d’écœurement et d’appréhension. Même si elle n’en est qu’à ses prémices, La Reynie sait que l’Affaire des Poisons dont Sa Majesté Louis XIV lui a confié la charge risque de se révéler ardue. En cherchant à fermer toutes les officines où œuvrent celles que l’on appelle désormais les empoisonneuses à la solde du Diable, le lieutenant général de police va mettre à jour un complot qui menace jusqu’à la vie du Roi. Entre les bas-fonds de Paris où les prétendues sorcières font vaciller ses croyances en la prédominance établie de l’homme et les alcôves de Versailles où il doit affronter des courtisans toujours plus haineux, Nicolas de la Reynie va tenter d’exercer sa charge avec l’intégrité et l’honorabilité qui le caractérisent. Au point de se mettre en danger lui-même ?

Avec Une sorcière à la cour, Philippe Madral nous offre un roman au style enlevé et parfaitement maîtrisé. Grâce à une documentation riche et précise, les événements historiques qui ont marqué cette époque sont retranscrits avec une rare fidélité. Pour autant, le livre n’en perd pas son souffle romanesque tant l’auteur parvient à tenir le lecteur en haleine. Des salles feutrées de Versailles ou Saint-Germain où la noblesse rivalise d’hypocrisie et de pudibonderie aux cellules putrides de Vincennes où l’on applique l’effroyable « question » aux accusés, Philippe Madral nous transforme en spectateurs d’une société française en pleine mutation. Au travers des complots, des trahisons et des actes avilissants, il nous dépeint une époque où une joute verbale acérée fait parfois plus de dégâts qu’un duel au fleuret.

Tout en demeurant un véritable thriller historique, Une sorcière à la cour dégage en trame de fond une question sociétale omniprésente : la place réservée à la femme. En miroir de notre propre époque, il est un roman qu’on ne referme pas en en tournant la dernière page…

Une sorcière à la Cour est un roman de Philippe Madral publié aux Editions JC Lattès.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.