July 19, 2018

Ma vie à deux balles, de Brändström et Gaudechoux

Une jeune journaliste fraîchement sortie de l’école et qui décide de partir conquérir la capitale et voler de ses propres ailes. Avec des projets plein la tête mais aucun moyen pour les mettre en pratique. A l’aide de contacts rencontrés au fil du temps, elle va gagner sa vie petit à petit, se faire connaître et réussir ce qu’elle voulait. Partie juste avec un peu d’argent de poche gracieusement offert par ses parents, Noémi veut découvrir ce « nouveau » mode de vie dont sa génération fait partie : la débrouille.

Ma vie à deux balles - couvertureAu travers de divers portraits de personnes rencontrées tout au long de son périple parisien et de son épopée en province, Noémi va poser les mêmes questions à ces débrouillards : « mon portefeuille », « mes trucs à moi », « mes valeurs », « mes projets », « mes passe-temps » et « mes petites astuces de la vie quotidienne ».

Elle va vite s’apercevoir qu’avec peu (argent, matériel, …) on peut faire beaucoup. Comment ? Avec l’entraide, les services rendus, le bon vouloir et la générosité des gens, etc.

Arrivée à Paris sans rien, elle va faire du couchsurfing, du catsitting, du co-voiturage et plein d’autres choses où peu d’argent voire pas du tout est nécessaire. Se rendre disponible, mettre la main à la pâte, se nourrir des conseils des autres, se rendre dans des endroits où, dans sa vie d’avant, elle n’aurait jamais osé mettre les pieds. Partir à l’aventure avec une personne qu’elle connaît depuis 24 heures mais, avec qui, elle va vivre une expérience inédite mais enrichissante. Découvrir des milieux insolites, des métiers inconnus ou méconnus et des personnes différentes mais chaleureuses.

Nous revenons de plus en plus vers un système où troc, services rendus, squats, système D, écologie, économie sont les principales valeurs tant la vie aujourd’hui est devenue un véritable casse-tête même pour les personnes qui sont en CDI mais qui gagnent le SMIC. Les fins de mois sont difficiles et les gens se débrouillent et s’en sortent comme ils le peuvent.

Au travers de ce livre (que beaucoup de personnes devraient lire pour s’en inspirer), nous découvrons que le côté précaire développe la créativité. En ayant pas grand-chose voire rien, on apprend à se débrouiller avec ce qu’on trouve au coin de la rue, ce que l’on a sous la main, ce que les gens veulent bien nous donner gracieusement sans rien attendre en retour.

Les 2 auteures ont fait de ce bouquin une véritable bible pour tous ces jeunes et moins jeunes qui vivent avec peu mais réussissent à faire beaucoup. Et elles prouvent bien que leur vie à deux balles ne l’est pas tant que ça, bien au contraire. Un livre fourni d’astuces, de plans débrouilles, de conseils, contenant des fiches pratiques pour améliorer le quotidien de chacun.

Et pour couronner ce bon bouquin, des avis de sociologues qui comparent avant/maintenant et éclairent le lecteur sur divers sujets.

Un livre que je conseille vivement de lire et de garder dans son sac à main !! Garni d’astuces, de sites web utiles, ces deux auteures ont visé juste en écrivant ce livre. Il servira à tout le monde, aisé ou pas aisé, cultivé ou non, travailleur ou chômeur.

Un excellent bouquin, à lire et relire !!

Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité