November 19, 2018

WWE 2K16, par dessus la troisième corde !

Si vous êtes un lecteur assidu du site, vous savez que nous sommes assez fans de catch chez Conso-Mag. Il n’y a pas si longtemps, on avait d’ailleurs été invités sur la tournée française de la WWE, à l’étape de Strasbourg (vous pouvez retrouver notre compte-rendu de l’événement juste ici). Forcément, quand on nous a envoyé WWE 2K16 sur Xbox One, on s’est empressé de dégainer nos manettes pour quelques petites parties entre membres de la rédac’. Petit avis sur ce qui reste l’un des meilleurs party game du moment.

Smackdoooown !

Le mot est lâché. Party game. A l’image du show réel, WWE 2K16 est en effet bien plus un divertissement dont il faut profiter entre potes qu’un véritable sport, n’en déplaise à certains puristes de la discipline. Qualifier ainsi le titre de 2K Sports est d’autant plus approprié que le nombre de softs multijoueurs à jouer avec ses amis, tranquillement posés dans son canapé, est de plus en plus restreint sur cette génération de consoles. A l’heure du jeu en ligne à tout va, il est bon de faire un véritable retour aux sources et, chaque année, l’arrivée de notre jeu de catch préféré y contribue énormément.

Pour cette nouvelle édition, les développeurs ont vu les choses en grand et proposent le plus grand roster jamais proposé dans un titre du genre. Au total, ce ne sont pas moins de 120 combattants qu’il est possible de contrôler. Un chiffre impressionnant, d’autant plus qu’il s’agit là de catcheurs uniques : les différentes « versions » des personnages ne sont comptabilisées qu’une fois dans ce décompte. Il y en a donc pour tous les goûts et les fans seront servis, leur petits chouchous sont tous là !

Comme toujours, le gameplay a bénéficié d’un petit lifting bienvenue, et le titre gagne ainsi en fluidité. Ce problème, récurrent dans la saga, d’avoir l’impression de contrôler des personnages de jeux vidéo et non des catcheurs réels, est donc légèrement atténué, même si on n’atteint toujours pas la perfection de certains autres titres. Pins, soumissions et blessures sont désormais beaucoup plus réalistes, et les différentes indications qui apparaissent à l’écran aident à gagner en compréhension, en clarté durant les combats.

« You think you can beat me ? I KNOW I can beat you » – The Rock

Si nous avons tendance à privilégier le mode Exhibition pour nous mettre simplement de grosses mandales entre copains, c’est bel et bien le mode Carrière qui a bénéficié du plus grand soin. Introduit dans WWE 2K15, au plus grand plaisir des joueurs, celui-ci propose cette année une expérience encore plus complète. On commence bien évidemment par créer son personnage grâce à un éditeur toujours aussi complet. Si on se contentait d’enchaîner les matchs sans vraiment d’enrobage, cet aspect a été énormément développé. On est régulièrement interviewé par Renee Young, les choix faits dans les déclarations impliquant différentes choses pour la suite. On peut ainsi forger un caractère propre pour notre catcheur, être plutôt gentil ou méchant, fidèle ou pas. De même, à nous de choisir si notre catcheur va rester humble ou, au contraire, choper un boulard aussi gros que les fesses de Nicky Minaj.

A côté de ça, un mode 2K Showcase permet de revivre les plus grands moments du catch. Steve Austin, emblème de cet épisode et présent sur la jaquette, est au centre du mode. On a ici l’occasion de débloquer une foule de contenu supplémentaire, du combattant à l’arène, en passant par des objets , vidéos et autres tenues. Sympa. En plus de cela, on a droit à un petit mode Univers WWE permettant de créer la ligue de ses rêves, ainsi qu’un mode en ligne. Celui-ci est absolument calamiteux et les serveurs sont, comme toujours ou presque avec la série, ultra instables. Préparez-vous à subir pas mal de déconnexions et autres joyeusetés du genre.

Précédent «
Suivant »

Créateur et rédacteur en chef du site.
  • facebook
  • twitter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité