October 24, 2018

Isle of Skye, de Laird à Roi

Vainqueur du très convoité Kennerspiel des Jahres (comprenez le prix du meilleur jeu pour joueurs confirmés) en 2016, Isle of Skye suscitait depuis un bon bout de temps les convoitises de tous les ludistes francophones. Grâce à Funforge, celui-ci est désormais disponible en français et bon nombre d’entre vous vont donc se ruer dans leur boutique préférée. Ou devraient le faire. On vous explique pourquoi…

Alors que le vent gifle violemment les falaises dominées par un broch séculaire, quelques vaches Highland broutent paisiblement une herbe qui n’a jamais semblé si verte. Au loin, dans un immense lac cerclé de prés où se perdent deux ou trois moutons Shetland, Nessie se risque à sortir brièvement la tête de sa cachette. Bienvenue en Écosse et plus particulièrement sur l’Île de Skye. En tant que Chef de clan, cette terre est la vôtre et vous aspirez à en être couronné Roi. Malheureusement, les représentants des MacLeod, des MacKinnon et autre MacNeacail se pensent voués à la même destinée. Pour espérer ceindre la couronne, il vous faudra développer votre territoire mais aussi en revendre les portions les moins intéressantes aux autres clans.

Avant toute chose, dans Isle of Skye, on définit au hasard quatre tuiles score qui sont autant de moyens de marquer des points et qui s’activeront lors de différents tours de jeu. Ensuite chaque joueur pose sa tuile château devant lui avant de piocher trois nouvelles tuiles et de les disposer devant le paravent aux couleurs de son clan. Il assigne secrètement un prix à deux d’entre elles et défausse la troisième. C’est alors le moment de l’achat et chaque joueur peut, s’il le veut, acquérir une tuile chez un des de ses adversaires. A la fin du tour, il récupérera également la ou les tuile(s) encore posée(s) devant lui. Enfin, il faudra assembler les tuiles acquises à son territoire et vérifier qui marque des points en fonction des conditions en vigueur au tour concerné.

Avec son système de tuiles à poser pour agrandir un territoire tout en connectant des routes, des prés, des montagnes et des étendues d’eau, Isle of Skye ne peut éviter de ressembler (de loin) à l’illustre Carcassonne, la référence absolue en matière de jeux de tuiles. Et pourtant, s’il a été tiré du même tonneau qui fait les grands jeux de société, il s’en distingue en bien des points. Déjà, il existe 16 tuiles différentes de score pour quatre qui sont tirées au sort à chaque partie. Entre disposer de distilleries de whisky, avoir à la fois des broch, des fermes et des phares, voir son territoire compter plusieurs zones de montagne ou bien d’autres choses, chaque partie se révèlera donc différente de la précédente. Ensuite, chaque joueur compose son propre territoire et il ne s’agit donc pas de poser des tuiles sur un même et immense territoire partagé. Cela permet d’affiner une stratégie sans avoir le sentiment que l’un ou l’autre joueur pose ses tuiles dans l’unique but de bloquer votre progression. Enfin, le système d’achat de tuiles aux autres joueurs permet de limiter le côté aléatoire qu’une simple pioche comporte inévitablement.

Isle of Skye fait donc partie des jeux à la fois simples à appréhender mais regorgeant de ces subtilités qui sont capables de donner du sel à l’ensemble. On sent qu’une attention toute particulière a été portée à l’équilibre du jeu et à son côté immersif. Bien que chaque joueur compose son propre territoire, il n’est pas un jeu où chacun joue dans son coin sans lever la tête. L’achat de tuiles, par exemple, force l’interaction et décloisonne la partie, ce qui est une chose assez rare dans ce type de jeu. Pour l’avoir étrenné lors de plusieurs parties, un seul constat s’impose : c’est très méritoirement que Isle of Skye a glané plusieurs prix ludiques.

En conclusion, plus par l’ambiance qu’il instaure que par son visuel (au demeurant très agréable), c’est à un véritable voyage ludique que nous convie Isle of Skye. Un voyage aux effluves de tourbe et de whisky et aux allures brumeuses de paysages séculaires délavés par des siècles de pluie. Exactement comme pour un voyage en Écosse, on n’a qu’une seule envie : y retourner rejouer.

Isle of Skye, un jeu signé Funforge

Nombre de joueurs : 2 à 5

Âge : à partir de 8 ans

Durée moyenne d’une partie : 1 heure

Isle of Skye, de Laird à Roi

Une brume épaisse, un broch séculaire qui vous toise, une lourde odeur de tourbe et même quelques effluves de whisky... Bienvenue en Écosse et plus particulièrement sur l’île de Skye, la terre qui vous verra devenir Roi.
9
Précédent «
Suivant »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité