La trottinette électrique WegoBoard Suprem 2.0, le test

Il y a quelques temps, nous vous parlions mobilité douce et plus exactement déplacement en trottinette. Ce moyen de transport résolument moderne et urbain a gagné sa place dans notre espace public et il séduit chaque jour une nouvelle cohorte de riders. L’équipe de Conso-Mag a donc sauté le pas et s’est équipée d’une trottinette électrique pour ses déplacements intra-muros. Nous avons opté pour une Suprem 2.0 de la marque WegoBoard et nous nous en félicitons chaque jour ! Découverte…

Une marque française pour des composants de qualité

Avant de détailler la trottinette en elle-même, arrêtons-nous quelques instants sur la marque qui la commercialise : WegoBoard. Pourquoi avons-nous choisi celle-là ? Eh bien, déjà parce qu’il s’agit d’une marque française qui a pignon sur rue (la boutique physique se situe à Paris mais elle livre dans toute la France). Très clairement, cela constitue un atout indéniable en matière de communication et de service après-vente. Ensuite, la marque WegoBoard est réputée pour les composants de qualité qu’elle utilise. On parle ici, et entre autres, de batteries Samsung, LG, etc. Ces arguments, rehaussés de la bonne réputation dont elle jouit, ont fait pencher la balance en faveur de WegoBoard. Mais sans plus attendre, passons à sa dernière nouveauté : la Suprem 2.0.

Une trottinette moderne et punchy

A l’image de la société qui la produit, la trottinette Suprem 2.0 est résolument moderne. Élégante et dynamique, elle correspond à la conception que nous avons de la mobilité douce. Cela dit, l’esthétique, c’est bien mais ce n’est rien comparé à la performance et c’est donc précisément sur ce dernier point que nous jugerons notre nouvelle monture.

Disons-le sans ambages, la Suprem 2.0 nous a surpris, et dans le bon sens du terme. Pliable et relativement légère (12 kilos) pour sa gamme, nous nous attendions certes à une trottinette punchy mais pas non plus hors-norme. Les premiers tours de roue ont suffi à nous détromper. Son moteur brushless développe 350 W en puissance nominale et 500 W en puissance instantanée maximale. C’est plus que beaucoup de ses concurrentes directes et c’est aussi ça qui nous a donné le sentiment de puissance sous le pied.

D’ailleurs, c’est particulièrement en côte que la trottinette fait la meilleure démonstration de sa puissance car si elle ralentit l’allure, elle grimpe, et pas un peu. C’est en quelque sorte la Marco Pantani des trottinettes (mais sans le dopage). Fini donc de mettre le pied à terre dès qu’une côte est en vue !

De la puissance mais pas au détriment de la sécurité

Notre trottinette Suprem 2.0 nous a donc littéralement décoiffés sur les premiers mètres et une question s’est très vite imposée : le système de freinage allait-il être capable de gérer le côté rapide, dynamique et nerveux que la trottinette peut prendre dès la première pression du pouce sur l’accélérateur. Eh bien oui. Et même plutôt bien d’ailleurs. Le système de freinage répond exactement comme celui de l’accélération, c’est-à-dire instantanément et avec une nervosité bienvenue. Même en freinage d’urgence, il se révèle efficace et puis, au pire, un système de frein arrière avec le pied est également prévu. Le petit plus, le frein électromagnétique est équipé d’un récupérateur d’énergie KERS, comprenez qu’il augmente votre autonomie en réduisant la consommation d’énergie lors du freinage.

Rassurés sur la capacité du frein à nous maintenir en sécurité, nous avons donc laissé notre trottinette nous faire la démonstration de sa vitesse. Celle-ci se règle manuellement à l’allumage via l’écran LCD. Trois vitesses y sont proposées. La première bridera votre Suprem 2.0 à maximum 18km/h, la seconde vous permettra de faire des pointes à 25 km/h alors que la troisième, la vitesse maximale, vous emmènera sans difficulté jusqu’à 30km/h. Là aussi, la sensation de fun est très présente. On se met très rapidement en troisième vitesse pour ne plus revenir en arrière. D’aucuns diront qu’une fonction de mémoire sur la vitesse préférentielle aurait été la bienvenue mais c’est vraiment pour ergoter. Dès que l’on met la trottinette en marche, il suffit d’appuyer deux fois sur un bouton pour en profiter de manière débridée. On ne peut pas dire que ce soit trop ou que ce soit gênant dans l’utilisation quotidienne.

Batterie, plateau, écran, … le reste des composants passé au crible

En ce qui concerne l’autonomie, la Suprem 2.0 nous réservait encore une bonne surprise. La batterie annonce entre 25 et 30 kilomètres d’autonomie mais cela varie évidemment en fonction de vos trajets, de la fréquence d’utilisation, de votre mode de conduite, etc. Nous, on est un peu en-dessous de ça mais quand même bien au-delà des 20 kilomètres, ce qui est une belle performance. De plus, la batterie se recharge assez vite car il ne faut que 3 à 4 heures pour qu’elle soit de nouveau complètement chargée. Cette rapidité de recharge est à souligner !

L’écran LCD est quant à lui très ergonomique et offre un confort de lecture certain dans les informations qu’il propose. La vitesse s’affiche en grand, juste au-dessus d’informations plus secondaires comme la distance parcourue ou le temps du trajet. La jauge de batterie est elle-aussi bien visible et bien lisible, ce qui permet d’éviter de se retrouver piégé par une batterie déchargée suite à une faute d’inattention. Cela dit, même si ça devait arriver, un système de roue libre vous permettra de terminer votre trajet comme si vous étiez sur une trottinette classique.

Enfin, toujours dans le rayon des points positifs, il faut noter que par sa surface assez large, le plateau muni de grip anti-dérapant offre un réel confort de conduite. Par ailleurs, WegoBoard a eu la bonne idée d’équiper sa Suprem 2.0 de pneus en gomme dure, ce qui les rend increvables. Finalement, le seul petit bémol que nous pourrions noter serait l’avertisseur sonore un poil trop gentil. Dans la circulation, il arrive régulièrement que le destinataire de nos coups de klaxon (coucou piéton malpoli qui squatte les pistes cyclables) ne l’entende pas. Mais soyons de bon compte, il n’y a là vraiment rien d’irrémédiable. Pour notre part, nous avons customisé notre Suprem 2.0 avec un joli pouët-pouët à l’ancienne. On vous garantit son efficacité !

En conclusion

Pour nous, la Suprem 2.0 est indéniablement un maître-achat ! Le montant auquel elle est actuellement proposée (579 €) est très raisonnable pour une trottinette de cette qualité. Tant dans le choix des composants que dans le design ou les performances, la Suprem 2.0 nous a complètement séduits. Elle a transformé notre vie urbaine, rien de moins !

Acheter une trottinette électrique WegoBoard Suprem 2.0 : 579 €

Visiter le site de WegoBoard, boutique française de trottinettes électriques (et autres engins de mobilité urbaine)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.