Monster Slaughter, massacre à la figurine

Aujourd’hui, nous vous parlons d’un jeu que tous les amateurs de jeux de société ET de films d’horreur de série B attendaient avec une rare impatience, à savoir Monster Slaughter. Des monstres, des étudiants, une cabane isolée au fond d’un bois, … Ankama nous invite à prendre part à un film d’horreur ludico-sanguinolent. Acérez vos crocs, faites le plein de la tronçonneuse et enfilez vos griffes, il est temps d’aller massacrer quelques imprudents…

Sous le masque de hockey taché de sang, un sourire carnassier vient illuminer votre visage. L’écho étouffé d’une musique entrainante et les éclats de rire alcoolisés ne trompent pas, la cabane au fond des bois a attiré un nouveau groupe d’étudiants. Tout en vérifiant que votre lame est bien aiguisée, vous en prenez la direction en jubilant à l’avance du carnage que vous allez y perpétrer. Mais à peine apercevez-vous la cabane qu’un chuintement humide attire votre attention. Flûte, les zombies sont de sortie ! Et là-bas, ne seraient-ce pas le Grand Méchant Loup et sa petite famille tapis dans les buissons, juste en-dessous de la nuée de chauves-souris ? Bon sang, des chauves-souris ! Les vampires sont donc de la partie eux-aussi ! Décidément, on dirait que tout ce que ce bois compte en abominations a décidé de se joindre à la fête. Il faudra être rapide, précis et surtout sans pitié pour espérer goûter au buffet estudiantin !

Quelqu’un frappe griffe à la porte

Dans Monster Slaughter, vous incarnez donc une famille de monstres (papa monstre, maman monstre et rejeton monstre) dont l’objectif est de maximiser les points de carnage en délestant d’horripilants étudiants de quelques kilos de viande voire mieux, en leur portant le coup fatal qui abrègera leur insignifiante existence. A chaque tour, les joueurs vont donc activer un de leurs monstres et ils pourront le déplacer, jeter un coup d’œil dans une pièce avoisinante, enfoncer une porte, effrayer un étudiant (idéal pour le tirer des griffes d’un concurrent ou l’envoyer droit dans la gueule d’un membre de votre famille), l’attaquer (tout simplement) ou fouiller une pièce. Cette dernière action est essentielle car comme dans tout bon (ou mauvais, c’est selon) film d’horreur, les étudiants ont été assez idiots pour se séparer mais pas assez pour oublier de se cacher. Pour les débusquer, une fouille méthodique des différentes pièces de la cabane s’avérera donc nécessaire et celle-ci pourrait être pleine de surprises. En effet, quand on fouille, on trouve ! Parfois une proie, parfois une carte bonus, parfois un objet spécial que vous pourrez confier aux étudiants afin qu’ils se défendent contre vos monstrueux adversaires mais parfois aussi un piège qui ne manquera pas de vous exploser au museau !

A la fois simple et efficace, la mécanique de Monster Slaughter ne s’en révèle pas moins originale. En effet, au-delà de cette chasse à l’homme (au sens propre) à l’intérieur de la cabane où il faudra démembrer les étudiants à coups de lancers de dés victorieux, le jeu renferme différentes subtilités intéressantes. Déjà, en début de partie, chaque joueur devra secrètement établir un « ordre nécrologique », comprenez un pari sur l’ordre dans lequel les étudiants vont passer de vie à trépas. Ensuite, il devra sélectionner son « plat favori », c’est-à-dire la victime qu’il a particulièrement envie de dévorer. Ces deux aspects du jeu ajoutent une certaine dimension stratégique à Monster Slaughter. Par exemple, on sera particulièrement enclin à aider un étudiant s’il se retrouve trop tôt à notre goût dans les griffes d’un monstre adverse. De même, on pourrait être tenté de prendre des risques pour égorger une victime au nez et à la barbe d’un autre joueur si celle-ci constitue notre « plat favori ». Bref, Ankama nous livre ici un jeu qui a été pensé pour dépasser le simple slasher game auquel beaucoup s’attendaient.

Britney s’est réfugiée dans les toilettes ! A la bouffe !!

Parmi les (nombreux) points positifs de Monster Slaughter, évoquons d’abord ce qui saute aux yeux : le visuel et le matériel du jeu. Certes, Ankama nous a toujours habitués à des jeux d’excellente facture et au matériel pléthorique mais ici, c’est encore plus vrai que d’habitude. Premièrement, un bon point pour le plateau de jeu qui est en fait la boîte elle-même. Lors de la mise en place, celle-ci se transforme littéralement en cabane abandonnée (avec des murs et des portes à défoncer). C’est original et ça fonctionne très bien. Ensuite, les illustrations dont se pare Monster Slaughter sont parfaitement dans le thème et le rendu visuel de l’ensemble est vraiment réussi. Enfin, et c’est le point principal en ce qui concerne le matériel, les figurines sont tout simplement renversantes (et nombreuses) ! Chacune d’elles est unique et elles apportent une réelle plus-value en matière de plaisir et d’immersion dans le thème !

Le thème justement. Avant même d’avoir le jeu en main, on s’en frottait déjà les griffes ! Un jeu calqué sur un film d’horreur de série B tout droit issu des années 80’… Mais que demande le peuple (à part du sang, du sang et encore du sang) ?

Un autre point positif de Monster Slaughter est tous les plaisants compléments qu’Ankama a pris soin d’y ajouter (grâce, entre autres, au beau succès de la campagne de financement participatif). En effet, dans le jeu de base, une mini extension est déjà incluse et un abri de jardin vient donc s’ajouter aux pièces de la cabane. Jouissant de règles particulières, celui-ci pourrait constituer un refuge de choix pour les pauvres victimes et d’aucuns diraient même un coin de paradis (à moins que ce ne soit un ticket d’entrée pour le paradis, nous ne sommes plus très sûrs…). Ensuite, quelques invités surprise peuvent s’ajouter à votre cheptel d’étudiants voire en remplacer l’un d’eux. Il faut dire que cette forêt est étonnamment très fréquentée et qu’un promeneur en mal d’héroïsme pourrait bien être attiré par les cris d’effroi et de douleur de vos victimes. Ghost Hunter, Professeur Brown ou encore Lanouna Djones, il n’est pas exclu que ces importuns visiteurs aient été eux-aussi exhumés de films cultes des années 80’ pour vous compliquer un peu la tâche. Enfin, le jeu est accompagné d’un livret de scénarios (8 en tout). Comme son nom l’indique (c’est bien pensé, hein), celui-ci vous permettra de scénariser vos parties. Dans le brasier d’Hellm Street, la cabane sera en feu, ce qui compliquera la tâche des monstres (mais aussi celle des victimes) alors que dans Christa, c’est une voiture diabolique (Christa-Christine, vous l’avez ?) qui entrera en jeu. Bref, ces différents compléments augmentent incontestablement la rejouabilité de Monster Slaughter et garantissent une belle variété à vos parties de massacre.

En conclusion, Monster Slaughter se révèle un jeu au thème accrocheur, à l’esprit très fun et à l’humour délicieusement décalé. Le tout servi par un matériel aussi pléthorique qu’irréprochable. Un véritable coup de hachoir cœur.

Monster Slaughter, un jeu signé Ankama

Nombre de joueurs : 2 à 5

Âge : à partir de 14 ans

Durée moyenne d’une partie : 45 minutes

Acheter Monster Slaughter : 71,90 €

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.