Pandemic, la Chute de Rome

Pandemic est assurément une des franchises les plus déclinées dans l’univers des jeux de société. Après le succès retentissant du Pandemic originel, plusieurs extensions sont venues l’enrichir et différents stand-alone ont vu le jour. Parmi ces derniers, on notera la gamme Legacy mais aussi Montée des Eaux ou le plus mystique Le Règne de Cthulhu. Ils furent d’ailleurs tous très bien accueillis par la communauté des joueurs. Pour cette nouvelle sortie, Z-Man Games (Edge pour l’édition française) a choisi de donner un accent historique à son jeu phare puisqu’il nous plonge au cœur d’un empire romain toujours puissant mais désormais aussi fébrile. Les légionnaires sont en formation, alea jacta est

475 après J-C. Le Sénat est agité en cette chaude journée d’été. Plus étendu que jamais, l’Empire rencontre des difficultés croissantes à protéger ses frontières et les incursions barbares se font chaque jour plus audacieuses et plus violentes. La discipline et le dévouement des légions romaines ne suffisent plus à leur donner l’avantage sur leurs opposants. Si elle veut continuer à défier le temps, Rome n’a d’autre choix que de contenir la peste barbare hors de ses frontières. Pourtant, les rangs de ses ennemis ne cessent de grossir et des Vandales aux Huns en passant par les Goths, tous ont juré sa perte.

Vestale ou Centurion, tous dans la même galère

Pandemic, La Chute de Rome est un jeu coopératif et stratégique où chaque joueur va incarner un (éminent) membre de la société romaine (Consul, Préfet, Vestale, etc.) et tenter de préserver l’Empire des invasions barbares. Pour remporter la partie, ils devront s’assurer que les cinq tribus qui se pressent aux frontières ne constituent plus une menace et pour chacune d’elle, cela pourra se produire de deux façons : avoir conclu une alliance avec ladite tribu ou qu’il n’y ait plus de barbares de celle-ci dans aucune ville romaine. Plus facile à dire qu’à faire…

Chaque joueur va disposer d’un certain nombre de cartes et à chaque tour, il pourra effectuer jusqu’à quatre actions différentes. En plus de l’action particulière que lui confère sa carte Personnage, il pourra par exemple se déplacer au sein de l’Empire, combattre les hordes de barbares, comploter ou encore utiliser les cartes de sa main pour naviguer d’une ville portuaire à une autre, mobiliser des légions ou tenter de forger une alliance avec une tribu. A l’issue du tour de chaque joueur, les barbares envahissent une ville de l’Empire et il y a ici un petit twist intéressant. Si les cartes Invasion mentionnent évidemment la ville ciblée, il y figure également la voie de migration que les barbares vont emprunter pour l’atteindre. L’invasion ne se fera dans la ville ciblée que si celle-ci comporte déjà au moins un barbare ou si des barbares sont présents dans la ville qui la précède sur la voie de migration. Si ce n’est pas le cas, on remonte cette fameuse voie jusqu’à trouver une ville qui répond à l’une des deux conditions. C’est alors là que se fera l’invasion barbare. Cette mécanique permet d’éviter de voir surgir des barbares aux quatre coins de l’empire mais en augmente rapidement le nombre dans les villes frontalières de l’Empire. Et comme chacun sait, plus on est de fous barbares, plus on rit pille…

Dura lex sed lex Durus ludus sed ludus

Pandemic, la Chute de Rome est un fier héritier de la lignée des Pandemic. Il en reprend la grande majorité des mécaniques tout en les ajustant au thème développé (l’incertitude des combats est retranscrite en un jet de dés par exemple). Les habitués de la franchise ne seront donc pas surpris mais retrouveront sans l’ombre d’un doute les sensations de jeu qui ont su les convaincre sur les titres précédents. Et par « sensations de jeu », on entend évidemment la tension, le sentiment d’urgence croissant qui rythme la partie et aussi le petit frisson de crainte de tomber sur la carte invasion redoutée ou pire, sur le déclenchement d’une révolte au cœur de l’Empire qui pourrait bien mettre Rome à genoux.

En conclusion, Pandemic, la Chute de Rome se révèle un titre qui n’a rien à envier à ses prédécesseurs. Le thème historique y est particulièrement bien rendu et le matériel est comme toujours irréprochable. Protéger Rome, transformer des hordes de féroces barbares en ridicules gladiateurs dans nos cirques, … après quelques parties, l’envie d’y revenir est toujours aussi présente !

Pandemic, la Chute de Rome, un jeu de Z-Man Games, édité par Edge et distribué par Asmodée

Nombre de joueurs : 1 à 5

Âge : à partir de 10 ans

Durée moyenne d’une partie : 45 minutes

Acheter Pandemic, la Chute de Rome : 44,95 €

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.