TEST – Civilization VI sur Switch

Depuis que la Nintendo Switch est sortie, tous les éditeurs veulent voir leurs titres sortir sur la machine. A l’inverse de la Wii U en son temps, la petite dernière Nintendo a en effet les faveurs des éditeurs tiers qui, à défaut de proposer des expériences inédites, adaptent leurs anciens jeux pour leur offrir une seconde jeunesse. C’est le cas de Civilization VI qui débarquent après avoir fait les beaux jours des joueurs PC – et un peu des joueurs mobiles. On fait le point sur les qualités et défauts de cette version salon/portable, sans plus attendre.

Le Monde au creux de votre main.

Adapter sur Switch une licence aussi dense et complexe que Civilization, voilà un pari osé que les développeurs du titre réussissent avec brio. Notre test du jeu va aujourd’hui se limiter aux apport, retouches et autres remaniements opérés par les équipes en charge du développement du jeu à cette version destinée à la console de Nintendo, plus qu’à ce qu’est devenu la saga avec ce sixième épisode, paru pour la première fois il y a plus de deux ans désormais.

La principale information à retenir, c’est que ce portage de Civilization VI sur Switch s’est fait sans concession sur le contenu. En effet, le titre n’est aucunement amputé de son contenu, et seules les nouveautés apportées par le contenu additionnel Rise & Fall ne sont pas de la partie. Certains pourront chipoter sur ce point, mais ce serait bouder notre plaisir.

Le bonheur de pouvoir retrouver la saga pour les personnes ne disposant pas d’un PC capable de faire tourner le titre – bien que la licence ne soit pas la plus exigeante en termes de ressources – est énorme. Que ce soit en mode portable ou dockée, la Nintendo Switch rend une belle copie, entachée uniquement par quelques ralentissements pas très gênants lorsque, en milieu et fin de partie, les maps commencent à devenir un peu trop chargées. A côté de cela, Civilization VI Switch tourne très bien, avec des graphismes qui rendent honneur à l’un des premiers jeux de stratégie disponible sur le support.

La maniabilité du jeu est, elle aussi, assez réussie. Si on n’obtient pas du tout l’efficacité d’un combo clavier/souris pour ce gameplay aux joycons, on doit tout de même saluer le travail des développeurs qui réussissent une belle performance en intégrant la totalité des éléments, menus et sous-menus, de belle manière, notamment via l’utilisation des gâchettes. Les différents menus contextuels qui s’affichent à l’écran sont suffisamment grands pour être bien lisibles sur l’écran de la TV ou le petit écran tactile en mode portable. La conséquence de cela est que la map en elle-même est parfois un peu trop masquée par ces bulles d’infos, mais c’est malheureusement la contrepartie immanquable du confort de lecture.

Du côté des quelques petites pertes en chemin, on note le retrait du mode multijoueur en ligne, cette version Switch de Civilization ne permettant de basculer en multi que via un mode 4 joueurs en local. C’est donc avant tout une expérience solo que propose cette cartouche, qui conviendra bien aux nomades qui souhaitent dominer le monde dans le train, le métro ou leurs toilettes !

En définitive, si on privilégie encore la version PC du jeu, cette mouture Switch de Civilization VI est un excellent portage. Le titre possède quelques petits défauts inhérents au passage d’un jeu purement pensé pour l’ordinateur à une version salon/portable, mais rien qui ne vienne gâcher le plaisir de retrouver la saga au creux de sa main.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.