Western Legends, les extensions sont là !

Il y a quelques mois, nous avions chaussé nos éperons et dégainé nos colts pour vous présenter Western Legends. Des centaines de coups de feu plus tard, et après avoir sillonné les moindres ruelles de Red Falls et de Darkrock, l’âme du cow-boy est toujours chevillée à notre corps. Et ça tombe bien car Matagot a justement choisi d’étoffer son jeu en lui offrant deux extensions. Nous nous sommes évidemment rués vers elles (encore plus que vers l’or).

Grâce à son côté « bac à sable » qui permet aux joueurs d’aller ou bon leur semble sur le plateau et d’entreprendre les actions qu’ils souhaitent pour nourrir leur légende, Western Legends jouit déjà d’une belle rejouabilité. Tantôt Marshal tantôt bandit, tantôt professionnel de la triche au poker et tantôt infatigable braqueur de banques, chaque partie offre aux joueurs la liberté d’être le cow-boy que leur humeur leur inspire. Par conséquent, les joutes ludiques autour de Western Legends peuvent prendre différentes formes. Certaines parties s’assimilent presque à une course dans la livraison de cheptels bovins tandis que d’autres se transforment en un impitoyable combat où les balles perdues (et pas perdues d’ailleurs) fusent de partout.  Il est donc particulièrement varié. Néanmoins, bien conscients que les pieds-tendres amateurs de leur jeu sont d’avides gourmands, Hervé Lemaître et Matagot ont choisi de leur offrir encore plus de diversité grâce à l’apport de deux extensions. Découverte.

Le Bon, la Brute et le Charmeur

Cette première extension (proposée à un prix défiant toute concurrence) introduit trois nouveaux personnages et non des moindres. Aux côtés du célèbre juge Roy Bean, on y trouve ainsi Joaquin Murrieta (qui aurait inspiré le personnage de Zorro, rien de moins) et l’incontournable Butch Cassidy. Avec eux viennent seize nouvelles cartes Histoire qui ont toutes une même condition de déclenchement : Initier un combat contre un autre joueur. Vous avez bien lu, il n’est pas spécifié que vous devez le gagner. Autant vous dire que ces cartes Histoire vont renforcer les interactions entre les joueurs en déclenchant entre eux de nombreuses rixes et autant de représailles. Ça va sentir bon la poudre dans le saloon salon. En outre, ces combats ne seront pas vains car en plus de récompenser celui qui les initie, ils sont susceptibles de lui faire gagner des équipements légendaires. Parmi ceux-ci, un bâton de dynamite, un tomahawk ou encore un badge de Marshal. On en passe, et des plus légendaires.

Pour une poignée d’extras

Pour le plus grand plaisir des joueurs, cette seconde extension (disponible depuis quelques jours) ne porte pas très bien son nom. En effet, c’est bien plus qu’une poignée d’extras qu’elle recèle. Déjà, elle inclut six nouveaux personnages et leur figurine respective. Merci d’accueillir le détective Pinkerton, la sulfureuse Bandit Queen, Bufallo Bill Cody et bien d‘autres encore. Ensuite, elle ajoute deux nouvelles cartes de poker, les jokers qui pourront être utilisés pour copier une carte que vous gardez dans votre main. Les habitués des cartes l’auront compris, voilà un bel atout à conserver dans votre manche. Enfin, Pour une poignée d’extras, c’est aussi 24 nouvelles cartes Histoire (pour diversifier les objectifs et aussi les récompenses) et 18 nouvelles cartes Équipement (dont un cheval nommé Pétunia et un Colt baptisé « Le Juge », ça donne le ton).

Vous en voulez encore ? Pas de problème. Cette extension inclut aussi une petite variante pour les bandits. Il s’agit d’adjoindre à chacun des bandits un numéro en apposant un autocollant sous le socle de sa figurine. Quand un combat doit avoir lieu, on retourne une carte Bandit et on applique au joueur qui a initié le combat l’effet du numéro. Plus d’argent ou de points de légende en jeu, un twist sur les cartes de poker qui seront jouées, … Bref, une légère incertitude qui ajoute du piment aux combats.

En conclusion

Sans révolutionner le jeu (ce qui est une bonne chose puisqu’il est déjà très bon et n’a donc pas besoin d’être révolutionné), les deux extensions disponibles lui apportent un vent de fraicheur et diversifieront encore vos parties. Plus de cow-boys à incarner, des cartes Histoire inédites, des combats plus incertains (et surtout plus nombreux), l’ajout des extensions enrichira incontestablement votre Western Legends original. Bref, nous n’avons pas fini de faire parler la poudre…

Western Legends, un jeu de Hervé Lemaître, illustré par Roland MacDonald et édité par Matagot.

Nombre de joueurs : 2 à 6

Âge : à partir de 14 ans

Durée moyenne d’une partie : 90 minutes

Acheter Western Legends : 54,90 €

Acheter Western Legends – Le Bon, la Brute et le Charmeur : 13,50 €

Acheter Western Legends – Pour une poignée d’extras : 21,90 €

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.