Brocéliande, tome 6 : Le Val sans retour

0
151

Le précédent tome de Brocéliande nous avait conduits sur les berges du Miroir aux Fées où les Korrigans enquêtaient sur une malédiction pesant sur la forêt. Désormais, les éditions Soleil nous font prendre la direction du Val sans retour où un récit mêlant amour, jalousie et fraternité nous attend.

La partie annuelle de soule est un événement majeur en lisière de Brocéliande. Chaque année, elle oppose les habitants des villages allant de Paimpont à Tréhorenteuc et promet au vainqueur une récompense de mille cinq cents francs. Cet argent, le jeune menuisier Mathurin Hybois en a cruellement besoin. Il s’est épris de Marie-Ange, la fille du « Cutterous », le plus gros propriétaire terrien de la région. Pour pouvoir l’épouser, il devra donner de sérieux gages au père de Marie-Ange et une victoire à la partie de soule lui garantirait sa main. Seulement, pour pouvoir battre Fanchin, le champion qui a remporté les cinq dernières éditions, Mathurin n’a pas d’autre choix que de pactiser avec Urielle, la perfide sorcière qui vit au cœur de Brocéliande. Mais qu’adviendra-t-il si la soule atteint le Val sans retour ? Se pourrait-il que le pacte contre-nature libère les milliers d’âmes damnées qui y sont prisonnières ?

Déjà à l’œuvre dans les tomes consacrés au Château de Comper et au Tombeau des Géants, Stéphane Betbeder nous livre ici encore une histoire digne des contes et légendes qui entourent la forêt de Brocéliande depuis des millénaires. Le Val sans retour devient un théâtre de contrastes où se succèdent à la fois des personnages mauvais et torturés par leurs faiblesses et d’autres foncièrement bons mais qui, aveuglés par leur idéal, sont également prêts à toutes les dérives. Sur fond d’une partie de soule rythmée à la faveur des sortilèges et contre-sortilèges, cet opus se révèle plein d’humanité et pourrait bien faire converger les intérêts de l’homme et de la nature.

En ce qui concerne les dessins, le style enlevé de Paul Frichet (lui aussi à l’œuvre dans les tomes précités) donne une réelle dynamique à l’histoire. Toujours précis dans les détails, il parvient à imprimer un rythme soutenu aux scènes d’action et à immerger le lecteur au cœur des ruses sournoises imaginées dans la hutte de la sorcière.

Pour notre dernière escale au cœur de Brocéliande, les éditions Soleil nous emmèneront au pied du Hêtre du voyageur. Ce sera une dernière occasion de côtoyer le petit peuple, elle ne sera pas à manquer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.